Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Nutrition : les recommandations du PNNS bonnes pour le coeur

Actualités santé

Nutrition : les recommandations du PNNS bonnes pour le coeur

[ Publié le 13 novembre 2013 ]

Manger, bouger. En quelques années, ces deux verbes sont devenus indissociables, grâce au Programme national nutrition santé, élaboré par le ministère de la Santé. Récemment, des chercheurs se sont penchés sur les recommandations du programme pour établir leur impact sur la santé. Leur conclusion ? Une bonne hygiène de vie implique une bonne santé.

img-actu-nov-alimentation-pnns--2013-psm

Des fruits et légumes pour réduire le risque de maladies chroniques. Des produits laitiers pour maintenir une bonne densité osseuse... Ces recommandations, aujourd'hui bien connues, sont extraites du Programme national nutrition santé (PNNS). Mais que sait-on réellement de leur impact sur notre santé ?

Le PNNS, bon pour la santé
Des chercheurs français apportent un éclairage nouveau. Camille Lassale et ses collègues de l'unité 557 Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale)/Inra (Institut national de la recherche agronomique)/Cnam (Caisse nationale d'assurance maladie), à Bobigny, se sont intéressés au syndrome métabolique qui double le risque de maladies cardiovasculaires et multiplie par cinq celui de diabète de type 2. Chez une personne, ce syndrome est avéré, lorsque la mesure d'au moins trois des paramètres suivants est élévée : tour de taille, taux de triglycérides sanguin, de HDL cholestérol, glycémie à jeun et pression artérielle.

Habitudes de vie et syndrome métabolique
Pour évaluer le risque de ce trouble en fonction des habitudes alimentaires, les chercheurs se sont appuyés sur les données de la cohorte NutriNet. 7.902 adultes, qui avaient déjà détaillé leurs consommations alimentaires, ont accepté de se rendre à une visite médicale et de donner un échantillon de leur sang. Les scientifiques ont attribué une "note" à chaque profil, en fonction du degré d'adhésion aux différentes mesures du PNNS : consommation de fruits et légumes, de féculents, de poisson, activité sportive... Ils ont également évalué la présence d'un syndrome métabolique à partir des données cliniques et biologiques.

Des conclusions dans la lignée du PNNS
Résultat, sans grande surprise, plus les recommandations du PNNS sont respectées, plus le risque de syndrome métabolique diminue, en particulier chez les hommes. Et ce indépendamment de l'âge, des apports énergétiques totaux, du statut tabagique ou encore du niveau socioprofessionnel. De plus, les chercheurs ont constaté que certaines habitudes jouent un rôle plus important en matière de prévention du syndrome métabolique. Ainsi, manger plus de cinq fruits et légumes par jour, préférer les céréales complètes aux céréales blanches, consommer moins d'alcool et moins de sel, entrent dans ce cadre. Sans oublier, une activité physique quotidienne supérieure à une demi-heure.

Source : PLoS ONE, 5 novembre 2013.

(Destination santé ©)

Mot-clef : Alimentation

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR

logo_3935_ColDroite


Besoin d'un relais près de chez vous ?
 

Un soutien pour votre quotidien près de chez vous ? Nos conseillers santé vous donnent les coordonnées d'associations de patients.

 

En savoir plus

ECHANGER