Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Cholestérol : pas de levure de riz rouge

Actualités santé

Cholestérol : pas de levure de riz rouge

[ Publié le 14 novembre 2013 ]

Comme les médicaments, les compléments alimentaires ne sont pas à prendre les yeux fermés. Les spécialistes et les autorités sanitaires déconseillent la prise de levure de riz rouge, commercialisée contre l'excès de cholestérol.

img-actu-nov-cholesterol-2013-psm

Les rédacteurs de la revue Prescrire mettent en garde contre l'utilisation de compléments alimentaires à base de levure de riz rouge. "Ces produits promus dans l'hypercholestérolémie contiennent des substances proches des statines, exposant notamment à des rhabdomyolyses (atteintes des muscles)", indiquent-ils. En pratique mieux vaut s'en remettre aux traitements médicamenteux.

Effets indésirables causés par la levure
En France, les compléments alimentaires à base de levure de riz rouge sont commercialisés avec diverses allégations santé. Parmi lesquelles figure la lutte contre l'excès de cholestérol. Selon les rédacteurs de la revue Prescrire, "ces produits contiennent des monacolines, dont certaines ont une structure chimique identique à celle des statines". Des effets indésirables liés à la prise de ces compléments alimentaires ont été rapportés : des troubles musculaires dont des rhabdomyolyses et des troubles hépatiques.

Ne pas consommer de levure de riz rouge
Au début de l'année, l'Agence nationale de sécurité des médicaments et des produits de santé (ANSM) a émis des recommandations quant à l'usage des compléments alimentaires à base de levure de riz rouge. Elle recommandait aux patients "de ne pas en consommer" surtout "s'ils bénéficient déjà d'un traitement par statine. Ils s'exposent en effet à un risque de surdosage." Par ailleurs, l'Agence leur conseillait "de ne pas prendre le relais par un complément alimentaire à base de levure de riz rouge en cas d'arrêt d'un traitement par statine, du fait de leurs effets indésirables identiques". En conclusion pour la revue Prescrire, "quand une hypercholestérolémie justifie un traitement spécifique, mieux vaut choisir un médicament avec une efficacité clinique démontrée et dont le statut de médicament avec autorisation de mise sur le marché garantit le mieux la qualité pharmaceutique et l'évaluation clinique."

Source : La revue Prescrire, octobre 2013.

(Destination santé ©)

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER