Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Des IRM moins bruyantes et moins stressantes

Actualités santé

Des IRM moins bruyantes et moins stressantes

[ Publié le 23 octobre 2013 ]

Une nouvelle technologie permet de diminuer significativement le bruit émis par les appareils d'imagerie par résonance magnétique (IRM). Elle rend l'examen moins désagréable pour les patients.

img-actu-octobre-irm-moins-bruyantes-et-stressantes-2013-psm

Beaucoup de patients redoutent d'avoir à passer une imagerie par résonance magnétique (IRM). Au banc des accusés, l'étroitesse de l'appareil pour les plus claustrophobes. Mais le bruit et les vibrations émis lors de chaque séquence d'images peuvent aussi être anxiogènes. Bonne nouvelle, une technologie permet de faire oublier ces deux inconvénients.  

Le bruit d'un marteau-piqueur
Aujourd'hui, le niveau sonore d'une salle équipée d'une IRM en fonctionnement peut atteindre les 110 décibels, soit l'équivalent d'un marteau-piqueur ou d'un hélicoptère. Le port d'un casque, obligatoire, permet d'atténuer cette nuisance, tout comme la diffusion d'une musique d'ambiance. Mais ce bruit sourd et répétitif reste très gênant voire stressant.

Des appareils plus silencieux
Demain, des appareils équipés de la fonctionnalité Silent Scan ne dépasseront que de quelques décibels le niveau sonore ambiant de la salle d'examen, soit environ 75-80 décibels. Mis au point par GE Healthcare, le Silent Scan est déjà commercialisé et en phase d'évaluation sur vingt-deux sites dans le monde, dont trois en France. Il équipe actuellement les services d'imagerie du groupement d'intérêt économique (GIE) IRM de Creil, du centre cardiologique du Nord à Paris et du Groupe hospitalier universitaire Pellegrin à Bordeaux. A partir de mi-novembre, il sera livrable en grande série. Et permettra aux patients devant faire une IRM de la tête ainsi qu'aux équipes médicales de bénéficier de meilleures conditions d'examen. Des patients qui jusque-là appréhendaient de passer une IRM au point de devoir prendre un tranquillisant, voire de refuser l'examen, seront moins réticents. Ils seront moins susceptibles de bouger, réduisant ainsi les risques de devoir recommencer les séquences d'images.

Source : Interview de Gilles Aucoin, product manager IRM Europe GE Healthcare.

(Destination santé ©)

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER