Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Philippe Perrin : "La pollution domestique est à l'origine de nombreuses maladies"

Actualités santé

Philippe Perrin : "La pollution domestique est à l'origine de nombreuses maladies"

[ Publié le 24 septembre 2013 ]

Colles, peintures, diffuseurs d’odeurs, fumées : contrairement aux idées reçues, l’air de notre salon est souvent plus pollué que celui de notre rue. Philippe Perrin, infirmier spécialisé en prévention sur les liens entre pollution et santé, nous dit tout des poisons de notre quotidien.

chat-pollution

Qu’est ce que la pollution intérieure ?

Philippe Perrin : Il s’agit de la pollution de l’air des pièces : celles de notre maison, de notre appartement ou de notre bureau par exemple. Ses sources sont nombreuses et souvent invisibles. On pense d’abord à tout ce qui produit de la fumée. Le tabac bien sûr, l’encens ou une cheminée. Et puis, plus largement, à tout ce qui peut émettre des substances dans l’air : une gazinière, un poêle d’appoint, une prise anti-moustiques ou encore un désodorisant. Tous les produits chimiques du quotidien, produits d’entretien ou pesticides par exemple, sont des sources de pollution. Les peintures, les colles, les matériaux de construction ou les éléments de décoration des pièces contiennent différentes substances : du formaldéhyde, des phtalates, du plomb, des composés organiques volatils...

 

Toutefois il faut garder à l’esprit que, polluant n'est pas forcément synonyme de produit chimique. Ainsi, des moisissures, des acariens ou des poils d'animaux sont des polluants domestiques d’origine parfaitement naturelle !

 

Par ailleurs, avec l'apparition des nouvelles technologies, d'autres polluants ont fait leur entrée chez nous. Ce sont les champs électromagnétiques à extrêmement basses fréquences émis par les téléphones sans fil ou par le wi-fi.

 

La pollution domestique a-t-elle un effet sur notre santé ?

Philippe Perrin : Même si les doses auxquelles nous sommes exposées quotidiennement sont faibles, elles ont un impact sur notre santé. La pollution domestique peut être à l'origine, ou contribuer au développement de nombreuses maladies, et en premier lieu des cancers, comme celui du poumon. Certaines de ces substances sont en effet classées comme cancérogènes (formaldéhyde, fumée de tabac…). Elles peuvent aussi causer des allergies, des troubles respiratoires et favoriser un asthme. Certaines particules chimiques contenues dans les matériaux, telles que les phtalates, sont reprotoxiques ou sont des perturbateurs endocriniens : elles peuvent faire baisser la fertilité ou perturber le fonctionnement hormonal.

 

Nous ne connaissons toutefois pas encore la totalité des effets de cette pollution sur la santé des êtres humains. Les scientifiques étudient par exemple les liens entre les champs électromagnétiques à extrêmement basses fréquences et l'apparition de certaines maladies.

 

Peut-on se préserver de la pollution intérieure ?

Philippe Perrin : Oui, en partie, grâce à des gestes simples. Le premier consiste à bien ventiler ses pièces. Plus on passe de temps dans une pièce, plus souvent elle doit être aérée. Pour un séjour dans lequel on vit la journée, il est nécessaire d'ouvrir les fenêtres deux ou trois fois durant 5 minutes, en favorisant les courants d'air. Vérifiez aussi que vos VMC (ventilations mécaniques contrôlées) ne sont pas bouchées. Et enfin, évitez autant que possible d'utiliser les sources de pollutions précédemment citées : ne fumez pas à l'intérieur, n'utilisez pas de diffuseurs d'odeurs, préférez les produits ménagers naturels, évitez d’ajouter de l’adoucissant à la lessive, etc.

 

Propos recueillis par Lucie Pehlivanian / © Citizen Press.



 

 

 




Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER