Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Grossesse : le café affecterait peut-être le cerveau du bébé

Actualités santé

Grossesse : le café affecterait peut-être le cerveau du bébé

[ Publié le 20 août 2013 ]

Durant la grossesse, la consommation de boissons contenant de la caféine pourrait nuire au fonctionnement cérébral de l'enfant à naître. C'est la conclusion d'une expérience scientifique menée sur des souris.

img-actu-aout-grossesse-2013-psm

Voilà le retour d'un serpent de mer. Les femmes enceintes doivent-elles éviter de boire du café ? La question est à nouveau posée par des scientifiques français. Ils montrent en effet que la consommation régulière de caféine pendant la grossesse pourrait affecter le cerveau en développement. Un bémol toutefois : leur travail a été réalisé sur la souris.

Davantage de crises d'épilepsie
Les chercheurs de l'unité 1106 Institut de neurosciences des systèmes (Institut national de la santé et de la recherche médicale - Inserm/Université Aix Marseille) ont reproduit chez des souris femelles une consommation de café régulière. Transposée à l'Homme, celle-ci équivalait à 2-3 tasses par jour, pendant les 19-20 jours de la gestation, jusqu'au sevrage du souriceau. Comme le souligne Christophe Bernard, principal auteur de l'étude, les résultats montrent que "les bébés souris étaient beaucoup plus sensibles aux crises d'épilepsie. Et, une fois devenues adultes, nous avons observé qu'elles présentaient d'importants problèmes de mémoire spatiale. C'est-à-dire des difficultés à se repérer dans leur environnement".

La caféine agit au niveau cellulaire
Ce constat établi, reste toutefois à comprendre comment la caféine affecte le cerveau de ces animaux. Pour l'expliquer, les chercheurs rappellent que certaines cellules naissent dans des régions cérébrales spécifiques avant de migrer vers celles où elles devront fonctionner. D'après leurs constats, la caféine interviendrait justement lors de cette migration en se fixant à un récepteur cellulaire appelé A2AR. Elle ralentirait ainsi la vitesse de déplacement des cellules. A tel point que ces dernières arriveraient "plus tard que prévu à l'endroit où elles étaient destinées à s'établir", complète l'Inserm. Ce retard de migration se répercuterait ensuite tout au long du développement et entrainerait des effets néfastes sur le cerveau des souris. Et cela dès la naissance (excitabilité cellulaire et sensibilité aux crises d'épilepsie), mais aussi à l'âge adulte (perte de neurones et problèmes de mémoire).

Trois tasses par jour maximum
Pour Christophe Bernard, il est toutefois "nécessaire de rappeler la difficulté, liée à l'utilisation de modèles animaux, d'extrapoler ces résultats à la population humaine sans prendre en compte les différences de développement et de maturation entre les espèces". Rappelons enfin, que dans le Programme national nutrition santé (PNNS), les autorités sanitaires préconisent aux femmes enceintes de "modérer la caféine" au cours de la grossesse. En pratique, il s'agit de "limiter la consommation à trois tasses de café maximum par jour". Encore faut-il s'entendre sur le type de tasse et de café...

Sources : Science translational medicine, 7 août 2013. Inserm, 7 août 2013.

(Destination santé ©)

Mots-clefs : Alimentation , Grossesse

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR

logo_3935_ColDroite


Besoin d'un relais près de chez vous ?
 

Un soutien pour votre quotidien près de chez vous ? Nos conseillers santé vous donnent les coordonnées d'associations de patients.

 

En savoir plus

ECHANGER