Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Des progrès dans le dépistage et le traitement de plusieurs cancers

Actualités santé

Des progrès dans le dépistage et le traitement de plusieurs cancers

[ Publié le 5 juin 2013 ]

Cancers du col de l'utérus, de la thyroïde, des testicules... De nombreux progrès améliorant la prise en charge de ces cancers ont été présentés au congrès de l'American society of clinical oncology, du 31 mai au 4 juin.

img-actu-cancer-mai-psm-2013

Le 49ème congrès de l'American society of clinical oncology (Asco), qui s'est tenu du 31 mai au 4 juin, a mis en lumière des avancées notables dans la prise en charge de certains cancers. Notamment les tumeurs touchant la thyroïde, l'ovaire, le col de l'utérus et les testicules.

Dépister le cancer du col de l'utérus
Un travail indien a démontré l'efficacité du dépistage du cancer du col de l'utérus, grâce à une technique à la fois simple et bon marché reposant sur du vinaigre.Le test en question consiste à appliquer du vinaigre sur le col de l'utérus, à l'aide d'un coton-tige. Une minute plus tard, un professionnel de santé examine l'état du col à l'aide d'une lampe halogène. Si les tissus changent de couleur, autrement dit s'ils deviennent blancs, c'est qu'ils sont porteurs de cellules précancéreuses. Côté chiffres, il en ressort une diminution de 31 % du taux de mortalité.

Nouvelles stratégies thérapeutiques
Aujourd'hui les stratégies thérapeutiques dans la prise en charge des cancers du col de l'utérus sont quasi inexistantes. Selon une étude de phase 3, le bevacizumab (Avastin®), en association avec une chimiothérapie standard permettrait un allongement de la survie de 4 mois. Et ceci par rapport à la chimiothérapie seule. Si ce résultat peut paraître modeste, c'est une bonne nouvelle, dans la mesure donc où les options thérapeutiques contre ce cancer sont très limitées.

Cancer de la thyroïde et qualité de vie
Lorsqu'un cancer de la thyroïde est diagnostiqué, le traitement consiste en l'ablation de cette glande située à la base du cou. Dans la plupart des cas elle est suivie d'un traitement à l'iode radioactif, pour détruire les cellules cancéreuses subsistant après la chirurgie. Or parfois, les patients présentent une résistance à l'iode 131, ce qui limite ensuite les options thérapeutiques. Une étude présentée à Chicago s'est intéressée à 417 patients atteints de cancer de la thyroïde métastasés et résistant au traitement par l'iode 131. Ces derniers ont reçu soit le sorafenib (Nexavar®), soit un placebo. Résultats, le délai avant que la maladie ne progresse était de 10,8 mois, chez les malades du premier groupe, contre 5,8 mois pour ceux du second. Le taux de réduction des tumeurs a atteint 30 % et plus chez 12,2 % des patients sous Nexavar® contre seulement 0,5 % pour les autres. Enfin 42 % des participants traités ont connu une stabilisation de leur cancer pendant six mois ou plus, leur épargnant des hospitalisations.

Traiter le cancer du sein sur le long terme
Chez les femmes dont le diagnostic de cancer du sein a été précoce, une étude montre l'intérêt de les traiter sur le long terme. L'administration pendant 10 ans d'une chimiothérapie reposant sur le tamoxifene semble plus efficace que sur 5 ans. Les patientes ont vu leur risque de récidive et de mortalité réduits de 25 %.

Source : 49ème congrès de l'Asco 31 mai - 4 juin 2013.

(Destination santé ©)

Mot-clef : Cancer colorectal

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

Blog expert

Le mot sur le bout de la langue !

par Christine Ramonnet  ,  Stéphanie Renaudin

img-blog-quotidien-mot-bout-2014

ECHANGER