Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Grossesse : un antiépileptique à éviter

Actualités santé

Grossesse : un antiépileptique à éviter

[ Publié le 22 mai 2013 ]

Une étude américaine montre que la prise de valproate durant la grossesse, un antiépileptique, est nocive pour le bébé à naître. En France, la substance n'est pas utilisée chez les femmes en âge de procréer, sauf dans de rares cas.

img_actu_valproate-mai_2013_psm

La Food and drug administration (FDA) américaine met à nouveau en garde contre la prise de valproate (un antiépileptique commun) pendant la grossesse. Une nouvelle étude conforte les preuves des risques que son utilisation entraîne pour le foetus. Ce médicament, qui n'est prescrit en France que contre l'épilepsie, est également utilisé outre-Atlantique pour traiter certaines migraines. 

Un quotient intellectuel moins élevé
Suite à la publication d'une nouvelle étude, la FDA renforce ses recommandations concernant le valproate. Menée outre-Atlantique, celle-ci a permis d'observer les dommages que ce traitement occasionne au foetus, lorsqu'il est utilisé contre la migraine. A l'âge de 6 ans, les enfants exposés in utero à ce produit ont en effet présenté un quotient intellectuel diminué de 8 à 11 points, par rapport à ceux dont les mères s'étaient vues prescrire un autre antiépileptique. Par conséquent, "l'administration de valproate est contre-indiquée chez les femmes enceintes dans le cadre de la prévention des migraines", annonce la FDA. En France, "le valproate n'est pas indiqué dans la prophylaxie des crises migraineuse", rappelle l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). En revanche, il est bien indiqué dans l'épilepsie et dans les épisodes maniaques du trouble bipolaire en cas de contre-indication ou d'intolérance au lithium.

Sauf cas exceptionnel
Toutefois, "ce médicament ne doit pas être utilisé pendant la grossesse, ni chez les femmes en âge de procréer, sauf en cas de réelle nécessité (par exemple en cas d'inefficacité des alternatives thérapeutiques dans l'épilepsie)", précise l'ANSM. De son côté, la FDA n'écarte pas non plus totalement la possibilité de prescrire ce médicament pendant la grossesse, mais uniquement en cas d'échec des autres options. Déjà en 2006, une étude internationale menée sur quatre médicaments antiépileptiques mettait en cause le valproate. Dans plus de 20 % des grossesses suivies, sa prise avait mené à la mort foetale, à des malformations du crâne, des membres et du cerveau, ou encore à des troubles cardiaques et pulmonaires. Le risque s'est avéré inférieur avec les autres antiépileptiques, la phénytoïne, la carbamazépine et la lamotrigine.

Sources : FDA, 6 mai 2013. ANSM, 7 mai 2013.

(Destination santé ©)

Mots-clefs : Grossesse , Médicament

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR

logo_3935_ColDroite



Mal au ventre ? Gorge qui picote ? Nez qui coule ?

Comment se soigner en toute sécurité ?

En savoir plus