Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Prothèses PIP : 15.000 explantations en un an

Actualités santé

Prothèses PIP : 15.000 explantations en un an

[ Publié le 16 avril 2013 ]

A la fin de l'année 2012, près de 15.000 femmes s'étaient fait retirer leurs prothèses mammaires fabriquées par la société Poly implant prothèse. Les autorités vont continuer à surveiller ces implants de mauvaise qualité.

img_actu_prothese-pip_avril_2013_psm

En 2010, faisant suite aux signalements d'un chirurgien, l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé, (Afssaps), aujourd'hui Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), décidait de suspendre la mise sur le marché des prothèses mammaires Poly implant prothèse (PIP). Près de 30.000 Françaises en étaient alors porteuses. En décembre 2011, le ministre en charge de la Santé, Xavier Bertrand, se prononçait en faveur d'une explantation préventive. Aujourd'hui, l'ANSM publie un état des lieux de cette recommandation.

Dysfonctionnement des implants
Fin décembre 2012, très exactement 14.990 femmes ont subi une explantation de leur(s) prothèse(s) en gel de silicone PIP. Selon l'ANSM, "le nombre de femmes réellement explantées peut être supérieur à celui résultant des cas déclarés à l'Agence". Le bilan a montré que pour une femme concernée sur cinq, un dysfonctionnement de la prothèse ou un autre événement indésirable ont été découverts fortuitement lors de cette explantation. Au total, 5.048 femmes ont rencontré au moins un dysfonctionnement de leur(s) implant(s) et 2.697 au moins un effet indésirable. Bien entendu, ces chiffres ne peuvent s'additionner, une même femme pouvant cumuler ces deux phénomènes.

Pas de lien entre tumeurs et prothèses
Un total de 64 cas d'adénocarcinomes mammaires (cancers du sein) a été déclaré à l'Agence fin décembre 2012 chez les femmes porteuses d'implants PIP. Par ailleurs, aucun nouveau cas de lymphome anaplasique à grandes cellules n'a été déclaré depuis celui de novembre 2011. "Selon les avis formulés par l'Institut national du cancer (INCa) et les experts de la Commission européenne, les tumeurs déclarées ne sont pas reliées aux caractéristiques des prothèses PIP", rapporte l'ANSM. L'Agence poursuit par ailleurs un plan d'actions et de surveillance spécifique des prothèses PIP en France. Les déclarations de matériovigilance relatives aux événements indésirables vont continuer à faire l'objet d'un suivi, dont le bilan périodique sera désormais publié trois fois par an. Enfin, l'ANSM rappelle qu'elle réalise un programme d'inspection et de contrôle de tous les implants commercialisés en France.

Source : ANSM, 11 avril 2013.

(Destination santé ©)

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés