Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Les émotions seraient liées au grignotage et au surpoids

Actualités santé

Les émotions seraient liées au grignotage et au surpoids

[ Publié le 17 avril 2013 ]

Le stress et les sentiments négatifs peuvent être à l'origine de grignotages. Une récente étude montre qu'il s'agit d'une habitude plutôt féminine.

img_actu_stress-obesite_avril_2013_psm

Une tablette de chocolat après une rupture amoureuse. Un paquet de chips face à un stress au travail. La consommation d'aliments "réconfort" touche plus volontiers les femmes et les personnes qui suivent un régime alimentaire. Selon une étude menée sur un large échantillon de Français, ces habitudes peuvent entraîner un surpoids.

Un réflexe féminin
Sandrine Péneau et son équipe de l'Unité de recherche en épidémiologie nutritionnelle (université Paris 13), ont interrogé 35.641 adultes participant à l'étude NutriNet-Santé par le biais de questionnaires. Objectif : mesurer la tendance à manger sous le coup d'émotions négatives. Les femmes se révèlent davantage sujettes à ces comportements impulsifs. Elles sont 52 % à les confesser, contre 20 % des hommes interrogés. Les individus suivant un régime alimentaire, les deux sexes confondus, sont également plus sensibles à ces épisodes de consommation d'aliments liés à un sentiment négatif. Et cela peut poser problème. "La littérature scientifique sur ce sujet montre que la plupart du temps, les aliments consommés au cours de ces pulsions ne sont pas des fruits et légumes", explique Sandrine Péneau.

Des aliments caloriques
Les personnes qui mangent sous le coup de l'émotion ont davantage tendance à ingurgiter des aliments caloriques comme du chocolat, des biscuits, des gâteaux, des chips... De plus, ces mangeurs émotifs ne compensent pas en s'alimentant un peu moins lors des repas. Résultat logique : les personnes ayant tendance à manger sous le coup de l'émotion ont deux à cinq fois plus de risques de souffrir d'un surpoids. Le plus surprenant concerne la population la plus touchée. Il s'agit des femmes mangeuses impulsives n'ayant jamais fait de régime. Elles ont cinq fois plus de risque de surpoids. Pour approfondir encore leurs connaissances sur le lien entre émotivité et surpoids, les auteurs vont se pencher sur les groupes d'aliments consommés par le panel.

Sources : Interview de Sandrine Péneau, Unité de recherche en épidémiologie nutritionnelle, université Paris 13, 10 avril 2013. NutriNet-Santé, 10 avril 2013.

(Destination santé ©)

Mots-clefs : Obésité , Stress

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

CHOISIR