Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Dr André Chassort : "Le meilleur moyen de se protéger des maladies infectieuses reste le vaccin"

Actualités santé

Dr André Chassort : "Le meilleur moyen de se protéger des maladies infectieuses reste le vaccin"

[ Publié le 16 avril 2013 ]

L’utilité de la vaccination en matière de santé publique n’est plus à démontrer. Pourtant, les Français s’en détournent. Entre 2008 et 2012, la vente de vaccins a baissé de 12 % en France, selon l’étude du cabinet IMS Health publiée le 13 mars. Le Dr André Chassort, médecin généraliste, nous explique pourquoi certains sont obligatoires et quel est leur intérêt.

Quels sont les vaccins obligatoires aujourd’hui ?

Dr André Chassort : En France métropolitaine, il y a trois grands vaccins obligatoires. Les injections contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite le sont pour les enfants. Pour les personnes habitant en Guyane, celle contre la fièvre jaune est exigée.

Certains professionnels doivent être vaccinés contre des pathologies spécifiques : l’hépatite B pour les professions médicales, la typhoïde pour les personnels de laboratoires d’analyses, etc.

Le BCG (bacille de Calmette et Guérin), qui protège de la tuberculose, n’est plus obligatoire depuis 2007. Le nombre de cas de cette maladie étant très faible et les formes les plus courantes pouvant être traitées en 3 à 6 mois, l’obligation vaccinale a été remise en question.

 

Quels risques prend-on à ne pas se faire vacciner ?

Dr André Chassort : La diphtérie, le tétanos ou la poliomyélite sont rares en France, mais ces maladies existent encore et vous risquez d’être contaminé si vous n’êtes pas vacciné. On compte encore quelques cas par an, en particulier dans les populations immigrées ou défavorisées qui ne sont pas protégées. Pour autant, ces affections peuvent toucher tout le monde. Le tétanos peut par exemple être contracté via de petites plaies en jardinant. Si vos rappels ne sont pas à jour, votre médecin traitant peut, en fonction du retard, vous les injecter ou décider de reprendre la vaccination depuis le début. Dans tous les cas, il n’est jamais trop tard pour en bénéficier.

 

Les vaccins contre la coqueluche, l’hépatite B, la rougeole, les oreillons, ou encore la rubéole sont recommandés. Sont-ils moins importants que les vaccins obligatoires ?

Dr André Chassort : Non, les vaccinations recommandées ne sont pas moins importantes. Certaines maladies ne sont pas moins graves que d’autres, ou moins sérieuses pour les adultes. Si de moins en moins de vaccins sont obligatoires, c’est simplement que cette contrainte est moins bien perçue par la population au fil du temps. Les pouvoirs publics préfèrent désormais respecter les libertés individuelles, tout en informant la population des bénéfices de cet acte.

Le meilleur moyen de lutter contre les maladies infectieuses, et de les éradiquer, reste le vaccin. Ne pas se protéger, c’est "profiter" de la couverture vaccinale des autres citoyens, et mettre en danger son entourage, qui peut être plus fragile que soi. 

 

Propos recueillis par Lucie Pehlivanian

Mot-clef : Vaccin

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER