Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Une enfant séropositive contrôle le virus du sida sans traitement

Actualités santé

Une enfant séropositive contrôle le virus du sida sans traitement

[ Publié le 6 mars 2013 ]

Un nouveau-né atteint du virus de l'immunodéficience humaine (VIH) a été traité à la naissance. Deux ans plus tard, la petite fille semble s'être débarrassée de la maladie.

img_actu_vih_patient_mars_2013_psm

Début mars, des chercheurs américains ont présenté le premier cas de guérison d'un bébé contaminé par le syndrome de l'immunodéficience acquise (sida). Concrètement, la petite fille de deux ans, née séropositive dans le Mississipi (Etats-Unis), présente aujourd'hui une charge du virus indétectable (nombre de copies d'un virus dans le sang). En d'autres termes, son propre système immunitaire réussit à contrôler, sans traitement antirétroviral, la prolifération du virus dans son organisme.

Traitée dès la naissance
Les spécialistes estiment que le traitement très précoce qu'elle a reçu, moins de 30 heures après la naissance, a permis à son organisme de se défendre. Le Dr Asier Saez-Cirion, chargé de recherche dans l'Unité de régulation des infections rétrovirales, à l'Institut Pasteur de Paris, explique que ce phénomène s'il est rare, n'est pas unique. "On appelle ces patients des contrôleurs après traitement", indique le spécialiste.

Un virus indétectable
Ces individus ont reçu un traitement antirétroviral très précocement et sur une longue durée. "Nous suivons 14 patients à l'Institut Pasteur, traités très rapidement après leur infection, pendant trois ans en moyenne. Ensuite, une fois leur traitement interrompu, leur charge virale est restée indétectable. Un peu comme chez ce nourrisson américain", poursuit Asier Saez-Cirion. Certains de ces patients contrôlent ainsi le VIH dans leur organisme depuis plus de dix ans. 

Prévention de la transmission mère-enfant
Il ne s'agit pas pour autant d'envisager cette possibilité comme une méthode de prévention. Entre 5 % et 15 % des patients traités ainsi très précocement réussissent à contrôler le virus. Chez les autres, l'arrêt du traitement entraîne dans les mois qui suivent, la réplication rapide du virus. "Pour le cas des nouveau-nés, une infection avant la naissance comme celle de cette enfant aux Etats-Unis reste heureusement rare en France", ajoute-t-il. Lorsqu'une femme enceinte est séropositive, elle est traitée, réduisant ainsi le risque de transmission à son enfant. Les traitements antirétroviraux des femmes enceintes permettent ainsi d'éviter de transmettre le virus à l'enfant dans 98 % des cas.

Source : Interview du Dr Asier Saez-Cirion, chargé de recherche dans l'Unité de régulation des infections rétrovirales, Institut Pasteur, 4 mars 2013.

(Destination santé ©)

Mot-clef : VIH Sida

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

ECHANGER