Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Sida : des patients contrôlent le virus

Actualités santé

Sida : des patients contrôlent le virus

[ Publié le 20 mars 2013 ]

Une équipe de médecins français a réussi à induire une "guérison fonctionnelle" chez quatorze personnes séropositives. Le virus de l'immunodéficience humaine n'est quasiment plus détectable dans leur sang.

img_actu_sida-sante_mars_2013_psm

Quatorze séropositifs au virus de l'immunodéficience humaine (VIH) n'ont plus besoin de traitement. Rien de nouveau a priori, puisque 0,5 % des patients infectés par le virus du syndrome de l'immunodéficience acquise (sida), appelés "contrôleurs", sont naturellement capables de maintenir son activité sous contrôle dans leur organisme. Or, ces quatorze patients n'étaient pas des contrôleurs au départ. L'équipe du Dr Asier Saéz-Cirion, chargé de recherche dans l'Unité de régulation des infections rétrovirales, à l'Institut Pasteur de Paris, a induit cette "guérison fonctionnelle" par l'administration très précoce d'antirétroviraux. Un espoir pour environ 15% des séropositifs.

Arrêt du traitement
Publiée dans la revue Plos Pathogens, l'étude, menée par l'Institut Pasteur et impliquant des chercheurs de plusieurs centre hospitaliers français, concerne quatorze patients. Tous infectés par le virus du sida à l'âge adulte, ils ont bénéficié d'un traitement antirétroviral très précocement, dans les dix semaines après la contamination. Le protocole thérapeutique a été maintenu pendant trois ans environ. Chaque patient a ensuite interrompu son traitement, sous surveillance médicale pour voir comment réagissait le virus. Surprise, leur système immunitaire a réussi à maintenir la charge virale au plus bas (nombre de copies d'un virus dans le sang). En tout cas, à un niveau équivalent à celui des contrôleurs naturels.

Traiter au plus vite
Mieux encore, les auteurs ont observé une diminution du nombre de cellules infectées circulant dans le sang, au cours des quatre années qui ont suivi. En effet, certains de ces patients ont cessé les antirétroviraux il y a plusieurs années. "Le traitement précoce a probablement limité l'extension des réservoirs viraux et préservé les réponses immunitaires", explique le Pr Christine Rouzioux, de l'hôpital Necker, et co-auteur de l'étude. Les résultats de cette étude plaident donc en faveur d'un traitement rapide après l'infection. Et donc d'un dépistage précoce. Il ne s'agit pas pour autant d'envisager ce protocole thérapeutique comme méthode de prévention. "Entre 5% et 15% des patients ainsi traités réussissent à contrôler leur charge virale", insiste le Dr Saez-Cirion. Chez les autres, l'arrêt du traitement entraîne, dans les mois qui suivent, la réplication rapide du virus. De plus, cette méthode de traitement précoce ne peut pas guérir l'infection.

Sources : Agence national de recherche sur le sida, Institut Pasteur, 14 mars 2013. Plos Pathogens, 14 mars 2013.

(Destination santé ©)

Mot-clef : VIH Sida

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

ECHANGER