Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > La congélation des embryons, une pratique courante

Actualités santé

La congélation des embryons, une pratique courante

[ Publié le 29 mars 2013 ]

La congélation d'embryons peut être un préalable à une fécondation in vitro, pour un couple ayant des difficultés à concevoir un enfant. Ce progrès scientifique implique un processus médical et administratif spécifique.

img_actu_fecondation_sante_mars_2013_psm

Fin 2010 en France, 171.417 embryons étaient conservés par les divers centres d'assistance médicale à la procréation (AMP) implantés en France. A quelques jours du débat devant l'Assemblée nationale, sur la proposition de loi sur la recherche sur l'embryon (28 mars) rédigée par un groupe de députés de la majorité, le Pr Dominique Royère, directeur du département procréation, embryologie et génétique humaine à l'Agence de la biomédecine, fait le point sur cette pratique.

Processus de fécondation in vitro
"La congélation d'embryons est une pratique courante qui intervient dans le cadre d'un processus de fécondation in vitro (Fiv)", rappelle le Pr Royère. Elle s'effectue bien sûr avec l'accord du couple. L'objectif est de lui offrir des chances supplémentaires d'avoir un enfant, sans qu'ils aient à réaliser une nouvelle tentative de Fiv avec stimulation ovarienne. Sur le plan technique, les embryons sont conservés dans de petits tubes appelés des paillettes. Celles-ci sont plongées dans des cuves d'azote liquide à une température de moins 196°C. "C'est à partir de ce seuil que l'ensemble des processus biologiques s'interrompt", explique le Pr Royère. Plus rarement, puisque la technique est validée en France seulement depuis 2010, ils peuvent aussi faire l'objet d'une vitrification. Autrement dit d'une congélation ultra-rapide.

Conservés cinq ans
"Chaque année, le couple est consulté par écrit sur son projet parental", poursuit le Pr Royère. Dans une très large majorité des cas, les couples qui n'ont pas entamé de grossesse lors des premières tentatives réalisent l'ensemble des transferts possibles. D'une manière générale, les équipes transfèrent un ou deux embryons, très rarement trois. Et jamais plus. La situation est différente pour les couples qui ont obtenu une grossesse rapidement. La durée globale de conservation des embryons restants est de cinq ans. "Si à ce terme, les partenaires n'ont plus de projet parental, ils se voient proposer trois possibilités", détaille le Pr Royère. "Le don d'embryon(s), ce que la loi nomme accueil d'embryons par un autre couple, le fait que les embryons soient utilisés à des fins de recherche, l'arrêt de la conservation des embryons". Dans tous les cas, le consentement se fait par écrit. En pratique, les couples reçoivent un premier courrier à la suite duquel ils font part de leur décision. Celle-ci doit ensuite être confirmée après réception d'un second courrier, trois mois plus tard.

Pour tout savoir sur ce sujet rendez-vous sur le site de l'Agence de la biomédecine dédié à l'AMP : Procreationmedicale.fr

Source : Interview du Pr Dominique Royère, 19 mars 2013.

(Destination santé ©)

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés