Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > L'escarre, une maladie à part entière

Actualités santé

L'escarre, une maladie à part entière

[ Publié le 22 mars 2013 ]

L'escarre est une maladie qui peut être évitée grâce à quelques bons gestes associés à une alimentation adaptée. Les proches du patient peuvent jouer un rôle dans cette prévention.

img_actu_escarres_mars_2013_psm

Près de 9% des patients hospitalisés en France présentent au moins une escarre, soit 300.000 patients. Depuis 2001, le taux de prévalence reste inchangé. C'est pourquoi l'association Prévention, éducation recherche et soins escarres (Perse) vient de publier de nouvelles recommandations. Objectif : améliorer la prévention des escarres et leur prise en charge.

Souffrance morale
"L'escarre se définit comme une lésion cutanée ischémique liée à une compression des tissus mous entre un plan dur et les saillies osseuses", expliquent les représentants de l'association Perse. Cette dernière rassemble les professionnels de santé qui prennent en charge des patients à risque et/ou porteurs d'escarres. L'escarre peut entraîner une souffrance physique et morale, une limitation de l'autonomie et un retentissement souvent sous-estimé sur la qualité de vie du patient. Selon l'association, "l'escarre touche une grande diversité de patients. La population âgée est particulièrement concernée du fait de la fréquence des pathologies chroniques multiples qui coexistent dans cette tranche d'âge avec des répercussions sur la mobilité et l'état nutritionnel".

L'importance de l'hydratation
Chez les patients qui subissent une intervention chirurgicale, l'incidence des escarres varie de 8 % à 55 %. Plus de la moitié sont acquises en période préopératoire. "Au-delà d'une simple plaie, l'escarre est une maladie qui se prévient, se soigne et s'accompagne comme toute autre maladie sévère." Côté prévention, l'association insiste sur l'importance de gestes pratiques que même les proches peuvent s'approprier. Il convient en effet d'hydrater et de protéger la peau, mais également de vérifier que le patient boive suffisamment d'eau. Il est également essentiel de veiller aux apports nutritionnels en protéines et de changer régulièrement la position du patient. Au-delà de ces conseils pratiques, l'association Perse recommande de mettre en place l'éducation thérapeutique des malades et de promouvoir les soins de prévention.

Source : Association Perse, 20 mars 2013.

(Destination santé ©)

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés