Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > En France, un quart des femmes enceintes consomme de l'alcool

Actualités santé

En France, un quart des femmes enceintes consomme de l'alcool

[ Publié le 5 février 2013 ]

Quand une femme enceinte boit de l'alcool, son bébé aussi ! Pourtant, beaucoup de futures mamans s'autorisent un verre de temps en temps. Attention aux conséquences !

img-actu-femmes-enceintes-consommation-alcool-sante-fevrier-2013-psm

Vin, bière ou rhum lorsque l'on est enceinte, c'est fortement déconseillé. L'alcool passe du sang maternel vers le sang du foetus, au travers du placenta et peut provoquer de graves atteintes cérébrales chez l'enfant à naître.

Des chiffres surprenants
Pourtant, les Françaises ne semblent pas toutes conscientes du risque de syndrome d'alcoolisation foetale (SAF). "Les résultats de l'enquête nationale périnatale menée par l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) en 2010 ont révélé que 77,2% des femmes affirment ne jamais consommer d'alcool pendant leur grossesse. Elles sont donc 22,8% à déclarer avoir bu au moins une fois alors qu'elles étaient enceintes", indique Stéphanie Toutain vice-présidente de l'Association SAF France.

Un verre = danger !
De plus, l'enquête a montré qu'elles seraient 17,2 % à consommer de l'alcool au moins une fois par mois. Enfin, 3,2 % affirment avoir bu avant de savoir qu'elles étaient enceintes. Si un seul verre peut suffire pour affecter le développement futur de l'enfant, le phénomène de binge drinking inquiète davantage les spécialistes. "Ce phénomène concerne davantage les jeunes femmes, souvent étudiantes, qui consomment de l'alcool pendant les soirées, sans savoir qu'elles sont enceintes", explique Stéphanie Toutain. Elle peuvent consommer l'équivalent de plus de 4 verres en une seule soirée.

Une prévention trop discrète
Après les campagnes de prévention menées par l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes) en 2006 et 2007, "la problématique alcool et grossesse a un peu été délaissée, souligne la vice-présidente de SAF France. Il faudrait pourtant renouveler ces actions pour informer le grand public. D'autant que le pictogramme, apposé depuis 2007 sur toutes les bouteilles d'alcool, est trop petit".

En ombre chinoise, le dessin montre une femme enceinte, un verre à la main, barrée d'un signe d'interdiction. Le message est donc clair : "Pas d'alcool pendant la grossesse". Encore faut-il le voir, car il est facilement confondu avec les logos de recyclage. Résultat : les femmes ne sont pas toujours conscientes du risque auquel elles exposent leur futur enfant.

Un message intergénérationnel
"Nombreuses sont celles qui écoutent les recommandations de leur mère ou de leur grand-mère qui leur assure qu'un verre ne peut pas faire de mal", explique Stéphanie Toutain. Et de poursuivre : "Le message de prévention doit être intergénérationnel et cibler à la fois les futures mères, dès le collège, mais aussi leurs mères et leurs grand-mères". 

Les mères et grand-mères des femmes enceintes ne sont pas les seules à sous-estimer le risque. "De trop nombreux médecins généralistes, sages-femmes et même gynécologues ne dispensent pas le bon message", se désole Stéphanie Toutain qui pense qu'une formation aux risques de l'alcool pendant la grossesse devrait être dispensée de façon systématique pour tous ces professionnels de santé.

Multiplier les actions de préventions
Depuis 1999, pour sensibiliser professionnels et patientes, une journée mondiale est consacrée tous les 9 septembre à la sensibilisation au syndrome d'alcoolisation foetale. Et pour la première fois en 2013, l'Inpes organisera un atelier à ce sujet dans le cadre des Journées de la prévention, du 5 au 7 juin. Ces journées succèderont à un colloque organisé par l'association SAF France sur "les troubles causés par l'alcoolisation foetale" à Paris les 30 et 31 Mai 2013.

Sources : interview de Stéphanie Toutain vice-présidente de l'Association SAF France, 25 janvier 2013. www.alcoolinfoservice.com, consulté le 25 janvier 2013. Site de l'Inpes, consulté le 25 janvier 2013.

(Destination santé ©)

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR

logo_3935_ColDroite

Faire reconnaître son invalidité... Et après ?
 

Nos assistantes sociales vous aident dans vos démarches.

 

En savoir plus

ECHANGER