Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Asthme, eczéma : évitez les repas aux fast-food !

Actualités santé

Asthme, eczéma : évitez les repas aux fast-food !

[ Publié le 18 février 2013 ]

Parents, voilà un nouvel argument pour empêcher vos enfants d'aller trop souvent au fast-food. La junk-food favoriserait les crises d'asthme et d'eczéma.

img_actu_alimentation_asthme_eczema_sante_fevrier_2013_psm

Hamburgers, frites, glaces... Manger plus de trois fois par semaine au fast-food aggraverait les manifestations d'asthme, de rhinite allergique et d'eczéma chez les enfants et les adolescents. Cette curieuse association a été identifiée au terme d'une vaste étude internationale publiée en ligne dans la revue Thorax.

L'équipe dirigée par le Pr Innes Asher, en Nouvelle Zélande, appuie ses observations sur les données de 319.000 adolescents de 13 et 14 ans, et de 181.000 enfants de 6 et 7 ans. Tous étaient des participants à une étude internationale lancée en 1991 dans une centaine de pays, l'étude Isaac (Etude internationale de l'asthme et des allergies dans l'enfance).

Fruits contre hamburgers
Les chercheurs ont interrogé les jeunes et leurs parents sur :
- La survenue de symptômes respiratoires au cours des 12 derniers mois.
- La consommation de certains aliments connus pour leurs effets protecteurs (céréales, fruits, légumes...).
- La consommation de nourriture connue pour être mauvaise pour la santé, comme la junk-food.

Ils ont découvert que seule la junk-food était associée à une aggravation des symptômes. Et cela dans les deux tranches d'âge, quels que soient le pays, le niveau social ou le sexe. Le fait de prendre 3 repas ou plus par semaine issus de fast-food serait lié à une augmentation du risque d'asthme sévère de  39% chez les adolescents, et de 27% chez les enfants. Dans une moindre mesure, ce mode d'alimentation aggraverait les symptômes de rhinite allergique et d'eczéma.

Une analyse à approfondir
En revanche, la consommation de fruits, trois fois  par semaine ou plus, aurait un effet protecteur. Si ces derniers ne font pas disparaître les symptômes, ils en réduiraient la sévérité de 11% chez les ados, et de 14% chez les enfants. "Les acides gras saturés de la nourriture de fast-food et les antioxydants des fruits expliquent sans doute cet état de fait", commentent les auteurs qui estiment que "des travaux supplémentaires seront nécessaires".

Source : British medical journal, 14 janvier 2013.

(Destination santé ©)

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR

logo_3935_ColDroite



Besoin de parler à quelqu'un ?

Angoisse, mal-être, déprime : parlez-en avec un bénévole formé par des psychologues.

 

En savoir plus

 

ECHANGER