Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Grossesse : reconnaître les signes de pré-éclampsie

Actualités santé

Grossesse : reconnaître les signes de pré-éclampsie

[ Publié le 29 janvier 2013 ]

Une prise en charge rapide de la pré-éclampsie permet d'éviter de nombreuses complications pour la mère et pour l'enfant.

img_actu_grossesse_sante_janvier_2013_psm

La pré-éclampsie est une maladie relativement fréquente de la grossesse. Elle est caractérisée par l'apparition d'une hypertension artérielle et de protéines dans les urines, généralement 5 mois après la fin des dernières règles. Non traitée, elle risque d'entraîner des complications aux conséquences potentiellement graves.

40.000 femmes concenées
Dans trois cas sur quatre, la pré-éclampsie survient lors d'une première grossesse. Elle résulterait d'un dysfonctionnement au niveau du placenta. Cette maladie affecte environ 7% des femmes enceintes. D'après l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), chaque année, 40.000 Françaises sont concernées. "Dans la plupart des cas, un suivi permet d'éviter les complications graves. Mais dans un cas sur dix, une forme sévère survient. La seule façon de sauver la mère est alors d'extraire le fœtus et son placenta".

Reconnaître les signaux d'alerte
La pré-éclampsie est diagnostiquée lorsqu'une femme enceinte présente une hypertension artérielle récente et une hausse  inexpliquée des protéines. Quelques symptômes peuvent alerter : de violents maux de tête, des troubles visuels (hypersensibilité à la lumière, "mouches", tâches ou brillances devant les yeux), des acouphènes, des douleurs abdominales, des vomissements ou encore la diminution ou l'arrêt des urines. Des œdèmes "massifs" peuvent également apparaître et s'accompagner d'une prise de poids brutale.

Actuellement, il existe quelques marqueurs détectables à partir de 20 semaines de grossesse. Cependant, pour les chercheurs, l'enjeu pour l'avenir est d'identifier des "traces" encore plus précoces de la maladie. Ce qui permettrait, dès les premières semaines de grossesse, de savoir si une femme va la développer ou non.

De nombreuses complications possibles
Dans un cas sur dix, la pré-éclampsie entraîne des complications graves, mettant en jeu, "à court terme", le pronostic vital de la mère et de son fœtus. Il s'agit principalement de : l'éclampsie, l'hémorragie cérébrale, l'insuffisance rénale chez la mère, un décollement placentaire susceptible d'être à l'origine d'une hémorragie interne.

La pré-éclampsie et ses complications sont responsables d'un tiers de naissances de grands prématurés en France. Ce syndrome est également une cause majeure de retard de croissance intra-utérin. Avec 20 morts chaque année, il constitue la deuxième cause de décès maternels dans l'Hexagone. Après les hémorragies de la délivrance. 

Source : Inserm, La pré-éclampsie, dossier réalisé en collaboration avec Daniel Vaiman, directeur de recherche à l'Inserm (UMR8104, Hôpital Cochin, Paris). Site consulté le 17 janvier 2013.

(Destination santé ©)

Mot-clef : Grossesse

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER