Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Ovaires polykystiques : bien choisir sa contraception

Actualités santé

Ovaires polykystiques : bien choisir sa contraception

[ Publié le 12 décembre 2012 ]

La pilule augmente le risque d'embolie veineuse chez les femmes qui ont des kystes aux ovaires. Les scientifiques américains demandent aux médecins de faire attention.

actu_troubles_hormonales_psm

Le syndrome des ovaires polykystiques, aussi appelé syndrome de Stein-Leventhal, est un trouble hormonal affectant 6% à 10% des femmes en âge de procréer. Le syndrome de Stein-Leventhal se caractérise par une augmentation inhabituelle des hormones mâles dans les ovaires. Par conséquent, les ovules, au lieu d'être libérés par l'ovulation, se transforment en kystes. Et ces petites poches, remplies de liquide, s'accumulent dans les ovaires. Et selon une équipe américano-canadienne, ces patientes voient leur risque de thrombose veineuse profonde (formation d'un caillot dans les veines qui empêche la circulation du sang dans les memebres inférieurs) multiplié par deux lorsqu'elles recourent à une contraception par voie orale.

Une contraception à risques
"Les femmes qui souffrent de kystes aux ovaires présentent deux fois plus de facteurs de risque cardiovasculaire comme l'hypertension, le diabète et l'obésité", indique Steven Bird, auteur principal et pharmaco-épidémiologiste à la food and drug Administration (FDA) américaine. Or ces femmes prennent souvent la pilule. Dans un but contraceptif bien sûr, mais aussi pour réguler leurs cycles, traiter une acné et une pilosité excessive due à leur pathologie.

Steven Bird et son équipe ont mené une large étude auprès de 87.012 femmes, sous contraceptif oral âgées de 18 à 46 ans. La moitié souffrait du symptôme de Stein-Leventhal, les autres constituant un groupe contrôle. "Nous avons observé que l'incidence de la thrombose veineuse était deux fois plus élevée chez les femmes atteintes du syndrome des ovaires polykystiques que chez les autres", indiquent les auteurs. "Les médecins devraient donc avoir ces données présentes à l'esprit, lorsqu'ils sont amenés à leur prescrire une contraception", concluent-ils.

Source : Canadian medical association journal, 3 décembre 2012. Le réseau canadien pour la santé des femmes, consulté le 3 décembre 2012.

(Destination santé ©)

Mots-clefs : Contraception , Trouble sexuel

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER