Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Contre les montées de lait : du paracétamol et c'est tout

Actualités santé

Contre les montées de lait : du paracétamol et c'est tout

[ Publié le 12 décembre 2012 ]

Comment calmer les douleurs liées à la montée de lait lorsque vous n'allaitez pas ? La réponse est simple : le paracétamol.

actu_monte_lait

La première montée de lait survient en principe, le deuxième ou le troisième jour après l'accouchement. Si l'allaitement maternel est unanimement recommandé pour la santé et le développement du bébé, certaines femmes ne souhaitent pas donner le sein, parfois parce qu'elles craignent de ne pas pouvoir satisfaire complètement les besoins de leur enfant. Si vous décidez de ne pas allaiter, la lactation s'arrêtera d'elle-même au bout d'une à deux semaines. Entre temps, les montées de lait risquent d'entraîner des tensions et des douleurs mammaires éventuellement pénibles.

Pour les rédacteurs de la revue Prescrire, "le paracétamol est l'antalgique de choix pour calmer (ces) douleurs". Et rien que le paracétamol. Ils ont passé en revue les différentes méthodes utilisées pour inhiber la lactation ou pour soulager les montées de lait douloureuses. Le port continu d'un soutien gorge, même pendant le sommeil, n'exerce aucun effet sur la montée de lait. Même si les auteurs admettent que dans ce cas "les douleurs mammaires semblent apaisées". En revanche, ils déconseillent de poser un bandage serré des seins. Cette pratique aggraverait la situation. Des femmes, qui y recouraient, ont présenté des "signes d'engorgement ou d'inflammation".

De nombreux effets indésirables
Certains médicaments sont efficaces contre ces douleurs mais au prix d'effets secondaires parfois gravissimes. C'est le cas des médicaments agissant sur une molécule appelée la dopamine qui a un effet inhibiteur de la production de lait. Ces derniers exposent à des effets indésirables, "parfois dès les premières doses : hypertension artérielle, infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral".
Les œstrogènes des pilules contraceptives, comparés à un placebo, ont eux aussi fait la preuve de leur efficacité. Cependant, "il existe un risque de thrombose veineuse, qui peut être accru à la suite de l'accouchement. Il est donc généralement recommandé d'attendre plus de 4 semaines après l'accouchement pour débuter une contraception œstroprogestative".
Enfin, les diurétiques n'ont pas d'efficacité démontrée sur l'inconfort lié à la montée de lait. "Aucun traitement n'a une efficacité démontrée pour inhiber la montée de lait sans exposer à des effets indésirables. En clair, mieux vaut rester au paracétamol !", concluent les rédacteurs.

Source : Revue Prescrire, décembre 2012.

(Destination santé ©)

Mot-clef : Médicament

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

CHOISIR

logo_3935_ColDroite



Mal au ventre ? Gorge qui picote ? Nez qui coule ?

Comment se soigner en toute sécurité ?

En savoir plus