Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Ostéoporose : une maladie trop sous-estimée

Actualités santé

Ostéoporose : une maladie trop sous-estimée

[ Publié le 19 octobre 2012 ]

A l'occasion de la journée de l'ostéoporose, le 20 octobre, les malades sont incités à témoigner et à sensibiliser le grand public sur les conséquences graves de cette maladie.

osteo

On l'appelle l'épidémie silencieuse. Elle, c'est l'ostéoporose qui s'installe sans bruit et frappe particulièrement nos aînées. Cette affection est souvent détectée trop tard, au détour d'une fracture, premier signe douloureux de cette maladie pourtant grave. Si certains ne considèrent pas l'ostéoporose comme une "vraie" pathologie, celles et ceux qui en souffrent savent de quoi il retourne.

Des conséquences sous-estimées
"Non, l'ostéoporose n'est pas l'inéluctable et banal vieillissement de l'os", affirme Laurence Carton, vice-présidente de l'Aflar (Association française de lutte anti-rhumatismale) qui regroupe des patients. "La première arme contre cette maladie, c'est d'en parler et de faire témoigner les malades".
Président de l'Aflar et rhumatologue, le Dr Laurent Grange confirme : "L'ostéoporose, ce n'est pas une maladie anodine. Après une fracture du col du fémur, 20% des femmes vont décéder dans l'année qui suit la fracture. Dans 50% des cas, il y a une gêne fonctionnelle et une incapacité qui s'installe et mène à la dépendance". A l'occasion de la Journée mondiale, le 20 octobre, l'Aflar invite les patients ainsi que leurs proches à témoigner et à signer son manifeste sur le site www.osteoporosepasdaccord.org.

Montrer la réalité de la maladie
En parler, à l'image de Claire, 60 ans. Elle a raté une marche l'été dernier. Elle s'est fracturée le poignet. "J'ai passé une ostéodensitométrie et l'on m'a diagnostiqué une ostéoporose. Aujourd'hui, je fais très attention pour me déplacer", explique-t-elle. Depuis, Claire vit dans une crainte permanente. "Si je tombe, je risque d'être victime d'une autre fracture. Et c'est toute ma vie quotidienne qui s'en trouve bouleversée : pour la conduite automobile, les activités physiques, ou le simple fait de m'alimenter".

L'association demande également la prise en charge, en France, de nouveaux traitements déjà disponibles chez nos voisins européens. Et si vous souhaitez témoigner, l'association a mis en place il y a deux ans, une plateforme téléphonique, "Allo ostéoporose", au prix d'un appel local, au 0810 43 03 43. "Ce service permet aux patientes d'obtenir des informations sur la maladie et un soutien", précise l'Aflar.

Pour aller plus loin : www.aflar.org. Téléchargez le film :"Ostéoporose, l'insupportable épidémie".

Sources : Sondage Ifop/Amgen/GSK réalisé auprès d'un échantillon de 1.001 personnes, représentatif de la population générale de plus de 18 ans, du 26 au 28 juin 2012. Interview du Dr Laurent Grange, de Laurence Carton et de Claire Cardon, 5 octobre 2012. Aflar et IOF, consultés le 5 octobre 2012

(Destination santé ©)

Mot-clef : Ostéoporose

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER