Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Cécile Marie-Magdelaine : "La semaine du goût doit redonner au public le plaisir de manger"

Actualités santé

Cécile Marie-Magdelaine : "La semaine du goût doit redonner au public le plaisir de manger"

[ Publié le 13 octobre 2012 ]

"Le goût, c’est tout". Tel est le mot d’ordre de la 23e édition de la semaine du goût qui se déroulera du 15 au 21 octobre prochain. A cette occasion, des centaines de manifestations sont prévues. Eduquer le goût du grand public, attiser sa curiosité ou encore transmettre des savoir-faire, les objectifs de cet événement sont multiples. Cécile Marie-Magdelaine, diététicienne au centre hospitalier de Châteauroux décrit l’intérêt de cette manifestation en France, pays de l’excellence gastronomique.

Quelle est, selon vous, l’utilité de la semaine du goût ?

Cécile Marie Magdelaine : Cette manifestation sensibilise enfants et adultes à la recherche du bon goût. Elle les aide à aller vers une alimentation de meilleure qualité gustative et à mieux manger. La semaine du goût est généralement l’occasion d’un gros travail autour de l’éducation gustative notamment dans les restaurants scolaires, dans les entreprises ou les maisons de retraites. Depuis la première édition, en 1990, les professionnels s’impliquent davantage à chaque fois.

La semaine du goût est aussi l’occasion de valoriser la cuisine artisanale, de susciter la curiosité du public en lui faisant découvrir ou redécouvrir des saveurs. Surtout que depuis quelques années, on constate une exigence plus forte sur la qualité gustative des produits. Les consommateurs préfèrent les fruits et légumes de saison pour retrouver le vrai goût des aliments. Ainsi, une fraise de bonne qualité  mangée en saison n’a pas besoin de sucre ; ses saveurs suffisent à satisfaire notre gourmandise.

 

A l’ère du "tout régime", a-t-on perdu le goût des bonnes choses ?

Cécile Marie Magdelaine : Je constate que bon nombre de personnes estiment que, pour qu’un régime fonctionne, les aliments ne doivent pas avoir de saveur (légumes bouillis non assaisonnés, viandes fades…). Or, le goût est essentiel. Sans lui, un aliment perd une partie de son essence et le plaisir de manger n’existe plus. Bien manger, c’est aussi se faire plaisir. Dans le cas contraire, 50% du côté agréable d’un repas disparaît. Les gens distinguent trop souvent nourriture et plaisir, alors que ce sont deux aspects complémentaires. La semaine du goût permet, je l’espère, de faire oublier les régimes non justifiés que les personnes s’imposent. Elle revalorise l’un des fondements de la gastronomie française : le plaisir de manger.

 

Comment peut-on reprendre plaisir à manger ?

Cécile Marie Magdelaine : En retrouvant l’envie de mitonner des petits plats. Dans certains foyers, personne ne cuisine, aucun lien social ne se crée autour d’un repas unique, préparé et pris en famille. Les membres de la famille mangent simplement pour se nourrir. Or, cuisiner est le meilleur moyen pour éduquer son propre goût ainsi que celui des plus jeunes. En cuisinant avec eux, on leur montre que les aliments peuvent être "rigolos" et surtout bons. Ils découvrent des odeurs, des saveurs et des textures différentes. J’ai moi-même constaté que les enfants sont plus curieux lors d’ateliers culinaires, lorsqu’on sort du rapport de forces inhérent aux repas où les parents les obligent à manger. Toutes les animations autour de la semaine du goût vont peut être donner des idées au public et l’amener à prendre le temps de cuisiner. D’autant plus que préparer un bon plat ne prend pas forcément deux heures.

 

Propos recueillis par Béatrice Bochet

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR

10 moments pour prendre
soin de soi

10-moments-pour-prendre-soin-de-soi

ECHANGER