Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Sommeil et écrans lumineux ne font pas bon ménage

Actualités santé

Sommeil et écrans lumineux ne font pas bon ménage

[ Publié le 10 septembre 2012 ]

Outre les contenus inadaptés ou choquants, l'usage excessif d'Internet, sans parler de la télévision ou des consoles de jeu, entraînent un sommeil de mauvaise qualité. Explication.

ecran_vision_psm

C'est peu dire que les écrans en tout genre ont envahi notre quotidien. Télévisions, ordinateurs, téléphones portables, consoles de jeux, tablettes numériques. Le phénomène est universel, alors que l'abondance d'écrans peut nuire à la santé et à la cohésion familiale.

L'Institut national du sommeil et de la vigilance (INSV) alerte justement sur l'abus des écrans et leur impact sur la qualité et la durée de nos nuits. Or un Français sur trois dormirait seulement 5 à 6 heures par nuit et la plupart des petits dormeurs déclarent qu'ils dormiraient plus s'ils le pouvaient. "C'est une situation préoccupante", souligne le Pr Damien Léger, président de l'INSV, à l'origine d'une enquête réalisée sur le sujet, auprès de 1.010 Français.

Pas d'écrans dans les chambres
"De très nombreuses études ont montré les effets délétères, à long terme, de ce manque de sommeil : altérations cardiovasculaires, fatigue musculaire, troubles immunitaires, prise de poids, diabète, troubles mentaux". L'INSV met surtout en garde le grand public sur l'usage des écrans le soir avant de s'endormir. Les jeunes (18-24 ans) sont les plus concernés. Leur temps de sommeil moyen est de seulement 5 heures 40 par nuit. Cette dette s'explique par un coucher tardif associé à des difficultés d'endormissement, dues à l'excitation physique provoquée la pratique d'Internet (ou de la télévision) et à la luminosité de l'écran. Celle-ci, en effet, retarde l'horloge biologique. C'est pourquoi les spécialistes du sommeil insistent sur la nécessité de ne faire entrer, dans la chambre à coucher, aucune technologie susceptible de maintenir l'éveil.

Enfants sur Internet : limiter les risques
Dès l'âge de 9 ans en moyenne, la plupart des petits Européens naviguent, dialoguent et s'informent sur Internet. Entre 9 et 16 ans, 93% d'entre eux surfent au moins une fois par semaine. D'après une étude menée par un réseau de recherche dirigé par la London School of Economics, ces jeunes rencontrent relativement peu de problèmes sur la toile. Pour autant, les parents doivent rester vigilants.

L'enquête EU kids online, menée dans 25 pays européens sur un échantillon de 25.140 jeunes, révèle notamment que 23% des jeunes Européens entre 11 et 16 ans estiment avoir momentanément négligé leurs amis, manqué de sommeil ou rencontré des problèmes à l'école pour cette raison.

La Délégation aux usages d'Internet (DUI) conseille de "limiter le temps passé par les enfants et les adolescents devant les écrans et de réduire le nombre d'écrans individuels à la maison". Elle recommande également aux parents "de ne pas laisser les jeunes enfants naviguer seuls sur Internet, de vérifier que le jeu en ligne est adapté à leur âge et de consulter les pages d'information relatives aux risques encourus sur le net". Ce n'est pourtant pas toujours facile...

Sources : Enquête InVS/MGEN "Sommeil et performance au quotidien", janvier 2012, réalisée par Opinionway auprès d'un échantillon, de 1.010 personnes représentatives de la population française. Institut national du sommeil et de la vigilance et Mutuelle générale de l'éducation nationale, 16 mars 2012. Délégation aux usages d'Internet, ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, consulté le 2 août 2012.

(Destination santé ©)

Mot-clef : Trouble sommeil

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

Blog expert

Hygge : dire et vivre le bonheur à la danoise ?

par Christine Ramonnet  ,  Stéphanie Renaudin

famille-bonheur-danoise

CHOISIR

logo_3935_ColDroite



Besoin de parler à quelqu'un ?

Angoisse, mal-être, déprime : parlez-en avec un bénévole formé par des psychologues.

 

En savoir plus