Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Gilles Leloup : "Le diagnostic d'un trouble "dys" permet à l'enfant de mieux le surmonter"

Actualités santé

Gilles Leloup : "Le diagnostic d'un trouble "dys" permet à l'enfant de mieux le surmonter"

[ Publié le 10 septembre 2012 ]

Dyslexie, dysphasie, dyscalculie et dyspraxie forment les troubles "dys". Ils concernent respectivement le langage écrit, le langage oral, l’apprentissage des mathématiques et de la logique, et, enfin, la faculté à programmer et à organiser ses gestes. Ces troubles peuvent aujourd'hui être en partie compensés grâce aux progrès réalisés dans leur diagnostic et leur prise en charge. Gilles Leloup, orthophoniste à Levallois-Perret et à l’hôpital de Neuilly-sur-Seine, fait le point sur les troubles "dys".

Comment se manifestent les troubles "dys" chez un enfant ?

Gilles Leloup : Gilles Leloup : Il existe aujourd’hui des marqueurs spécifiques pour détecter la dyslexie, le trouble "dys" le plus connu. Un enfant qui, vers la fin de la moyenne section de maternelle ou en grande, ne s'intéresse pas aux lettres, n'arrive pas à écrire son prénom ou a des difficultés pour dissocier les différents sons de notre langue, peut être atteint de dyslexie.

Pour les dysphasiques, les premiers symptômes apparaissent vers l’âge de 1 an. Entre 12 et 18 mois, si l’enfant n’a aucune production orale, il faut l’emmener voir un médecin afin d'établie un diagnostic. Enfin, pour la dyscalculie, l’enfant de grande section de maternelle peut avoir des difficultés à dénombrer et à classer. Il peut aussi présenter des problèmes d’organisation spatiale.

 

Comment se pose concrètement le diagnostic ?

Gilles Leloup : Lorsque les parents constatent un problème chez leur enfant, ils doivent se rendre chez le médecin traitant qui les orientera vers un orthophoniste ou un médecin rééducateur. L’enfant passera alors différents tests. Pour la dyslexie, il s’agira d’épreuves de lecture mais aussi de répétition des mots ou encore de dénomination des couleurs. La dysphasie, elle, est dépistée à l’aide d’images que l’enfant doit désigner. Il doit également répéter des mots, comprendre de petites phrases. La dyscalculie se détecte au moyen d’épreuves de dénombrement, de sériation ou encore de petits problèmes. Enfin, pour diagnostiquer la dyspraxie, l’enfant devra, entre autres, reproduire une série de petits gestes.

Cependant, il faut distinguer le diagnostic de prédiction et sa confirmation, vers l'âge de 6 ou 7 ans. Entre les deux, l’enfant est suivi et rééduqué en fonction de son trouble. Ensuite, un second examen permet d’observer si les difficultés persistent ou non : il arrive que des enfants soient diagnostiqués jeunes avec des troubles dys alors qu’en fait, ils n’en souffrent pas.

 

Quel est l’intérêt du diagnostic des troubles dys ?

Gilles Leloup : Il est fondamental de poser un diagnostic. D’abord pour rassurer les parents sur la réalité de ce qui les attend. Il faut les préparer au fait que la scolarité de leur enfant sera plus compliquée et demandera une adaptation des apprentissages. Ensuite, pour l’enfant, la détection de la maladie permet de le préparer aux difficultés qui l’attendent. L’orthophoniste peut rassurer un enfant qui a des difficultés pour apprendre à lire, en lui disant par exemple "il est possible que pendant trois ou quatre ans ce soit difficile, mais finalement tu arriveras à lire comme les autres". En effet des études ont montré que les adultes dyslexiques, malgré une vitesse de lecture plus lente que les autres, arrivent à suivre un cursus universitaire.

Propos recueillis par Béatrice Bochet


Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR

logo_3935_ColDroite



Besoin de parler à quelqu'un ?

Angoisse, mal-être, déprime : parlez-en avec un bénévole formé par des psychologues.

 

En savoir plus