Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Cancer de la prostate : les autotests de dosage du PSA interdits

Actualités santé

Cancer de la prostate : les autotests de dosage du PSA interdits

[ Publié le 29 septembre 2012 ]

Dépister soi-même un cancer de la prostate à la maison n'est désormais plus possible. Les autotests viennent d'être interdits.

cancer-prostate-autotests-dosage-psa_psm

Les dispositifs médicaux d'autodiagnostic par dosage du PSA (Prostate specific antigen) sont désormais interdits en France. L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) vient de l'annoncer.

Des appareils peu utilisés
Ces autotests proposaient de mesurer un marqueur potentiel du cancer de la prostate, l'antigène PSA. Incompatibles avec les recommandations des autorités sanitaires, les deux marques jusqu'alors disponibles ne seront plus en vente dans notre pays. "La mise sur le marché, l'importation, la distribution en gros et la délivrance au public des dispositifs médicaux d'autodiagnostic par dosage du PSA, sont interdits", indique l'ANSM.
"Deux produits fabriqués par les sociétés Vedalab et Nanorepro étaient jusqu'à présent distribués en pharmacie et sur Internet", a ajouté un représentant de l'ANSM. "Même si nous n'avons pas de chiffres exacts, leur utilisation semblait toutefois relativement restreinte", a-t-il précisé.

PSA : un indicateur peu fiable
En interdisant la distribution de ces tests, l'ANSM s'inscrit en droite ligne des recommandations du récent rapport de la Haute Autorité de santé (HAS). Ce dernier soulignait que "les connaissances actuelles ne permettent pas de recommander un dépistage systématique en population générale du cancer de la prostate par dosage du PSA". En effet, cette mesure ne permet pas, à elle seule, d'établir le diagnostic du cancer de la prostate.

Le PSA est un antigène produit par la glande prostatique et il est vrai que le taux augmente en cas de cancer de la prostate. Toutefois, cette élévation n'est pas totalement spécifique et s'observe aussi dans certaines pathologies non-cancéreuses, comme l'hypertrophie bénigne de la prostate (HBP) ou les prostatites. Sans compter que le fait d'avoir un taux de PSA normal "n'écarte pas la possibilité d'un cancer", précise l'ANSM.

Dans ce contexte, l'Association française d'urologie (AFU) rappelle également aux hommes qui souhaiteraient s'engager dans une démarche de dépistage du cancer de la prostate, qu'ils doivent se tourner vers un médecin. C'est lui, au terme d'un examen clinique, qui jugera du bien-fondé d'examens complémentaires ou d'un traitement spécifique.

Sources : ANSM, Institut national du Cancer, AFU, 24 septembre 2012.

(Destination santé ©)

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER