Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Travailler de nuit favoriserait le cancer du sein

Actualités santé

Travailler de nuit favoriserait le cancer du sein

[ Publié le 21 juin 2012 ]

Selon une nouvelle étude française, travailler de nuit pourrait augmenter de 30% le risque de développer un cancer du sein. Ce constat confirme les résultats d’enquêtes précédentes.

travail-nuit-cancer_priorite_sante_mutualiste


Si l'impact de l'environnement professionnel sur la santé était déjà connu, son niveau d'implication l'était moins. Une équipe de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) pointe le lien entre horaires de nuit et cancer du sein. Ils évoquent un problème de santé publique soulignant que le nombre de femmes "travaillant avec des horaires atypiques est en augmentation en France".

En 2010, le Centre international de recherche sur le cancer (Circ) de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) à Lyon a déjà catalogué "le travail conduisant à des perturbations du rythme circadien comme probablement cancérigène". 

Un risque accru de 30%
Des chercheurs du Centre de recherche en épidémiologie et santé des populations de l'Inserm ont donc mesuré l'impact du travail de nuit sur la santé des femmes. L'étude Cecile (cancer du sein en Côte d'Or et Ille-et-Vilaine et environnement) a été menée entre 2005 et 2007. Elle a permis de passer au crible le parcours professionnel de 3.000 femmes de 25 à 75 ans.

Au total, 11% avaient travaillé de nuit à un moment de leur carrière. Résultat, "le risque de cancer du sein s'est révélé accru d'environ 30% chez les travailleuses de nuit", constatent les auteurs. "Une augmentation particulièrement marquée lorsque l'activité s'est prolongée pendant plus de 4 ans."

Une nouvelle question de santé publique
Le cancer du sein est la première cause de mortalité par cancer chez les femmes. Il touche 100 femmes sur 100.000 par an dans les pays développés. Chaque année, plus de 1,3 million de nouveaux cas y sont diagnostiqués, dont 53.000 en France.

Selon Pascal Guénel, principal auteur de ce travail, "ces résultats confortent ceux d'études antérieures et posent le problème de la prise en compte du travail de nuit dans une optique de santé publique". En France, plus de 3,5 millions de personnes travaillent de nuit, dont plus de 800.000 femmes.

Source : Inserm, 18 juin 2012

(Destination santé ©)

Mot-clef : Cancer sein

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

ECHANGER