Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Pour réussir son régime, il ne faut pas se priver de sucré

Actualités santé

Pour réussir son régime, il ne faut pas se priver de sucré

[ Publié le 19 juin 2012 ]

L’une des idées reçues les plus tenaces en matière de diététique veut que l’on supprime le sucre pour qu’un régime soit efficace. Faux, le goût sucré permettrait, au contraire, de faciliter l’adhésion à la diète.

sucre-regime-plaisir_priorite_sante_mutualiste

"L'un des moyens de réussir son régime alimentaire, c'est de ne pas tomber dans le tout restrictif", affirme le Dr Jean-Michel Lecerf. Le chef du service nutrition de l'Institut Pasteur de Lille prend l'exemple du goût sucré et des édulcorants. "De nombreuses études ont montré qu'il était difficile de suivre un régime alimentaire restrictif en cas de diabète ou d'obésité. Parmi les facteurs de succès essentiels, il y a l'adhésion". C'est pourquoi selon lui, "les édulcorants peuvent être utiles en aidant les gens à mieux adhérer à leur programme alimentaire".

Ne pas créer de frustration
Dans le cadre d'un séminaire organisé lors du congrès européen sur l'obésité (Lyon, 9-12 mai), plusieurs études ont été présentées pointant l'intérêt des édulcorants dans la réussite d'un régime alimentaire. "Ils n'augmentent pas l'appétence pour les produits sucrés et améliorent les choix alimentaires".

Pour Jean-Michel Lecerf, la mise en place et le suivi d'un régime ne doivent pas mener à des troubles du comportement alimentaire. "Tous les régimes fonctionnant selon le principe de la privation induisent une frustration. Or, cette dernière peut sur la durée mener à des troubles du comportement alimentaire. L'important, c'est d'accompagner les patients pour leur permettre de changer leurs habitudes alimentaires".

Ne pas éliminer le sucré
Selon le médecin, il y a une dimension essentielle à prendre en compte : "Notre appétence naturelle pour les produits sucrés". "Cette attirance ne vise pas uniquement à satisfaire un plaisir mais sous-tend une dimension métabolique et donc vitale. Le plaisir est à considérer comme un moyen pour atteindre un but", précise-t-il.

Si le raisonnement paraît censé, il se heurte à nos changements de vie. "Cet attrait s'explique naturellement mais aujourd'hui, il pose un problème par rapport à nos vies de plus en plus sédentaires et à l'abondance des produits sucrés". Sans oublier qu'il existe des facteurs génétiques exposant à une attirance plus ou moins prononcée pour le goût sucré.

Source : 19è congrès européen sur l'obésité, Lyon (9-12 mai). Interview de Jean-Michel Lecerf, 24 mai 2012

(Destination santé ©)

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR

10 moments pour prendre
soin de soi

10-moments-pour-prendre-soin-de-soi

ECHANGER