Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Ménopause : les oestrogènes seraient mauvais pour le coeur

Actualités santé

Ménopause : les oestrogènes seraient mauvais pour le coeur

[ Publié le 11 juin 2012 ]

Une étude, menée par des chercheurs de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), révèle que les œstrogènes pourraient augmenter le risque de maladies cardiovasculaires chez les femmes de plus de 45 ans.

oestrogene-menopause_priorite_sante_mutualiste

Les femmes ne seraient pas protégées des maladies cardiovasculaires grâce à leurs hormones.  Contrairement à une notion qui faisait jusqu'à présent consensus, les oestrogènes (hormones sécrétées par l'ovaire) pourraient même être nuisibles, pour les femmes de plus de 65 ans. C'est ce qu'il ressort du travail d'une équipe française publié dans The Journal of the American Heart Association.

Seules concernées : les femmes de plus de 65 ans
Pierre-Yves Scarabin, directeur de recherche de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) et son équipe, ont mesuré les taux d'oestradiol (l'oestrogène le plus actif) de 6.000 femmes de plus de 65 ans. Après 4 ans de suivi, ils ont recensé 150 nouveaux cas de maladies cardiovasculaires chez les femmes présentant les taux d'oestradiol les plus élevés. "Ces résultats montrent pour la première fois, que des taux élevés d'oestradiol sanguin exposent à un risque augmenté d'infarctus du myocarde ou d'accident vasculaire cérébral (AVC), sans qu'un lien de cause à effet ne soit démontré", indiquent les chercheurs. En l'état, ces observations ne valent que pour les femmes ménopausées de plus de 65 ans. "Ce nouveau facteur de risque est indépendant des autres, comme le diabète ou l'obésité", précise Pierre-Yves Scarabin.

La nocivité des traitements en question
Après la ménopause, l'arrêt du fonctionnement des ovaires entraîne une chute importante des taux sanguins d'oestrogènes. Ces hormones continuent néanmoins de circuler à de plus faibles concentrations. "Notre travail montre que l'administration d'oestrogènes ne permet pas de prévenir les maladies artérielles chez les femmes ménopausées. Et ces traitements pourraient même avoir un effet délétère chez les plus âgées", enchaîne Pierre-Yves Scarabin. "Les études à venir devront confirmer ou infirmer ces résultats. Et nous permettre de déterminer s'ils peuvent être étendus aux femmes ménopausées plus jeunes", conclut-il.

Source : Inserm, 8 juin 2012, interview de Pierre-Yves Scarabin, directeur de recherche de l'Inserm, responsable de l'équipe Hormones et maladies cardiovasculaires, "Centre de recherche en épidémiologie et santé des populations", 8 juin 2012

(Destination santé ©)

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR

logo_3935_ColDroite

Peur de prendre du poids avec la ménopause ?

Nos diététiciennes vous conseillent.

En savoir plus

ECHANGER