Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Grossesse : la consommation excessive d'édulcorants serait sans risque

Actualités santé

Grossesse : la consommation excessive d'édulcorants serait sans risque

[ Publié le 22 juin 2012 ]

Il est impossible de conclure à un risque sanitaire potentiel en relation avec la consommation d'édulcorants intenses des femmes enceintes, estime l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, du travail et de l'environnement (Anses).

edulcorant-femme-enceinte_priorite_sante_mutualiste

Les édulcorants, et en particulier l’aspartame, sont dans le viseur de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA). L’autorité s’y intéresse dans le cadre de la revue systématique de tous les ingrédients autorisés en Europe. Les résultats sont attendus pour la fin 2012.

En France, l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, du travail et de l'environnement (Anses) a mis en place un groupe de travail, chargé d'évaluer les bénéfices et les risques nutritionnels des édulcorants intenses. L'objectif est d'établir des recommandations pour les populations sensibles, au premier rang desquelles les femmes enceintes.

Pas de risque prouvé pour les fœtus
Concernant le risque potentiel en période de grossesse, l'Anses confirme à nouveau l'avis scientifique qui avait été rendu en mars 2011, suite à l'étude danoise Halldorsson. L'agence estime qu'il est impossible, sur la base de cette seule étude, de conclure sur le risque d'accouchement prématuré lié à la consommation de boissons édulcorées gazeuses chez la femme enceinte. Concernant le bénéfice que l'on pourrait attendre de l'utilisation de ces édulcorants durant la grossesse, l'Agence souligne "l'absence d'étude permettant de démontrer le bénéfice nutritionnel propre à cette consommation chez la femme enceinte". C'est le nombre très restreint des études centrées sur les effets de la consommation d'édulcorants intenses en période de grossesse qui est à l'origine de ces conclusions.

Elles devront donc être étayées plus avant par des travaux en population générale, "extrapolés (ensuite) aux femmes enceintes", précise l'Anses. Le cas échéant, celle-ci émettra des recommandations sur la base de l'ensemble des données disponibles.

Source : Anses, 18 juin 2012

(Destination santé ©)

Mot-clef : Grossesse

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER