Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Bébé secoué : deux nouveaux sites pour prévenir

Actualités santé

Bébé secoué : deux nouveaux sites pour prévenir

[ Publié le 27 juin 2012 ]

Deux nouveaux sites Internet dédiés au syndrome du bébé secoué font leur entrée sur la toile. Leur objectif : conseiller les parents et les professionnels de santé pour apaiser un enfant sans le brusquer.

bebe-secoue-site-internet-equilibre-priorite-sante-mutualiste

Le syndrome du bébé secoué (SBS) est un réel problème de santé publique. Chaque année, il concernerait entre 120 et 200 enfants en France. Les deux nouveaux sites Internet dédiés à la prévention de cette maltraitance répondent donc à un besoin majeur.

Deux approches différentes pour un seul message
Le premier, www.syndromedubebesecoue.com, propose une foule de conseils utiles à tous : des informations sur le syndrome du bébé secoué, des recommandations pratiques, une aide au diagnostic.

Le second, www.bebesecoue.com, est plus interactif. Il propose une immersion "au cœur" d'une crise de larmes. Des pleurs de nourrissons incessants testent ainsi votre capacité à vous maîtriser. Le site vous apporte en parallèle de précieux conseils pour calmer bébé, sans le brutaliser.

Secouer est un acte de maltraitance
Rappelons que secouer un enfant "pour le calmer" est un geste volontaire et violent à l'échelle des rapports de force entre un nourrisson et un adulte. Les secousses engendrent de graves séquelles, voire, parfois, la mort de l'enfant. En effet, le cou d'un nourrisson est peu musclé. Quant à son cerveau, il est fragile et mobile dans la boîte crânienne.

En cas de secousses la tête est balancée d'avant en arrière, le cerveau frappant alors les parois du crâne. De petits vaisseaux sanguins peuvent se déchirer, entraînant des lésions cérébrales parfois irréversibles. Un seul mot d'ordre : ne jamais secouer un bébé, que ce soit pour le calmer ou pour jouer avec lui.

Source : Association France traumatisme crânien - 12 juin 2012

(Destination santé ©)

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER