Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Pour moins grossir, dormez plus !

Actualités santé

Pour moins grossir, dormez plus !

[ Publié le 15 mai 2012 ]

Augmenter son temps de sommeil pourrait prévenir l'obésité. C'est un des enseignements du dernier congrès européen sur l'obésité qui s'est tenu à Lyon du 9 au 12 mai.

sommeil-sante-poids_priorite_sante_mutualiste

« La perte de sommeil chez les plus jeunes, s'est développée en même temps que l'épidémie d'obésité », constate le Dr Karine Spiegel, de l'université de Lyon. Devant les participants au congrès européen sur l'obésité, elle a indiqué que « le simple fait d'augmenter son temps de sommeil pourrait prévenir l'obésité ».

Les enfants qui manquent de sommeil présentent en réalité, un plus faible taux de leptine. Cette hormone est connue pour contrôler notre sentiment de satiété et lorsqu'elle est présente en faibles quantités, elle participe à l'augmentation d'une autre hormone, la ghréline. Laquelle joue un rôle clef dans le développement de l'obésité, puisqu'elle stimule l'appétit.

Selon Karine Spiegel, bien des travaux scientifiques ont démontré l'impact d'une perte de sommeil sur la prise de poids. « Deux méta-analyses réalisées sur 600 000 adultes et 30 000 enfants ont confirmé ce lien » a-t-elle ainsi souligné. Dormir moins de 6 heures par nuit, ce serait ainsi la quasi-assurance de voir le risque d'obésité augmenté de 55% chez l'adulte et de 89% chez les plus jeunes.

Pour autant, l'inversion de la tendance est couronnée de résultats rapides. Le Dr Spiegel rapporte ainsi une étude observationnelle menée auprès d'adultes, et d'où il ressort que le passage de 6-7 heures de sommeil par nuit à 7-8 heures diminuerait le niveau d'adiposité. « Comme nous savons désormais que le risque d'obésité est supérieur chez les enfants et les adolescents, nous devons mener des travaux similaires dans cette population ».

Avec son équipe, elle va d'ailleurs débuter une étude spécifiquement centrée sur les enfants et adolescents obèses. Son objectif, évaluer les effets d'un allongement de 1 heure et demie du temps de sommeil sur le métabolisme du glucose, les niveaux d'hormone, le profil lipidique, les calories ingérées, et l'activité physique.

Source : Sleep 31, pp. 619-626 (2008) ? Obesity, pp.265-274 (2008) ? de notre envoyé spécial au Congrès européen sur l'obésité, Lyon (9-12 mai) 2012

(Destination santé ©)

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR

logo_3935_ColDroite



Besoin de parler à quelqu'un ?

Angoisse, mal-être, déprime : parlez-en avec un bénévole formé par des psychologues.

 

En savoir plus