Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Dr Hervé Gallois : "L'hypertension se traite très bien, dès lors qu'elle est dépistée."

Actualités santé

Dr Hervé Gallois : "L'hypertension se traite très bien, dès lors qu'elle est dépistée."

[ Publié le 7 mai 2012 ]

Chaque année en France, 150.000 personnes meurent de causes cardiovasculaires. Première cause de ces maladies : l’hypertension artérielle (HTA), appelée "tueur silencieux" car elle est très souvent insidieuse. Le Dr Hervé Gallois est cardiologue à Nanterre. Il fait le point sur l'hypertension artérielle.

herve-gallois-130-110

Qu’est-ce que l’hypertension artérielle et quels en sont les dangers ?
Hervé Gallois
– La pression artérielle est ce qui permet au sang de circuler dans le corps et de nourrir les organes. C’est notre plomberie interne, en quelque sorte. Elle est considérée comme normale si, chez le médecin, elle ne dépasse pas 14/9. Dans le cas contraire, on parle d’hypertension artérielle (HTA). Non traitée, elle a de graves conséquences. On l’appelle le "tueur silencieux" : ses symptômes n’étant pas spécifiques, elle est bien souvent découverte trop tard. Elle représente le premier facteur de risque d’accident vasculaire cérébral (AVC), qui peut tuer ou laisser très handicapé. Chez les femmes, l’AVC est aujourd’hui la première cause de mortalité, loin devant les cancers ! Une HTA peut aussi causer une insuffisance cardiaque, une arythmie, des maladies des vaisseaux ou encore une démence. D’où l’intérêt de la dépister au plus tôt.

Comment savoir si l’on est atteint d’hypertension artérielle ?
Hervé Gallois – Un sujet à risque de HTA "classique" est une personne qui consomme beaucoup de sel, souffre de surpoids et vit de manière sédentaire. De plus, avec l’âge, les artères durcissent, ce qui fait, mécaniquement, monter la pression. Chez les femmes, la grossesse, la ménopause et la prise de pilules contraceptives contenant des œstrogènes sont d’importants facteurs de risque. D’autres causes jouent : les antécédents familiaux, l’alcool, la réglisse, l’antésite. Le fait d’être migraineux y prédispose aussi. En général, votre médecin traitant vérifie votre tension à chacune de vos visites. S’il l’estime nécessaire, il vous demandera de la prendre chez vous et vous prescrira l’appareil électronique adéquat. Ces appareils d’auto-mesure sont vendus en pharmacie. Votre médecin, votre pharmacien ou une infirmière peuvent vous initier à son maniement, n’hésitez pas à les solliciter. Concrètement, il s’agit de mesurer votre tension trois fois le matin et trois fois le soir pendant trois jours, de préférence aux mêmes heures et toujours au calme. On dresse une moyenne d’après tous les résultats obtenus. Prise chez vous, votre tension est censée être plus basse que chez le médecin : on parlera d’une HTA si elle dépasse plusieurs fois 13,5/8,5.

Comment retrouver une pression artérielle considérée comme normale ?
Hervé Gallois – Cette maladie se traite très bien. En 30 ans, d’immenses progrès ont été réalisés. Aujourd’hui, on peut attribuer en partie au traitement de l'HTA la réduction de plus de 50% des décès liés aux AVC en France. Le tout est de la dépister au plus tôt ! Dans un premier temps, nous prescrivons des mesures d’hygiène et de diététique : manger moins gras, moins salé, moins sucré et pratiquer 30 minutes à une heure d’activité physique modérée par jour. Plusieurs études montrent qu’une telle dépense énergétique est aussi efficace qu’un médicament contre l’hypertension ! A partir d’un certain âge, ou si la tension ne baisse pas suffisamment, on a recours à des traitements spécifiques. Ils sont extrêmement efficaces et réduisent de 55% les risques de complications inhérents à une HTA.

Propos recueillis par Alexandra Capuano.


Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER