Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Les Académies de médecine et de pharmacie hostiles à la dépénalisation du cannabis

Actualités santé

Les Académies de médecine et de pharmacie hostiles à la dépénalisation du cannabis

[ Publié le 13 avril 2012 ]

Non à la légalisation du cannabis ! Les Académies nationales de médecine et de pharmacie tombent d’accord sur les risques d’une dépénalisation de cette drogue. Elles prennent position alors que deux nouvelles études ont été publiées sur les dangers liés à cette consommation.

depenalisation-canabis_psm

"Peut-on imaginer un pilote d’avion, ou un conducteur de TGV, sous l’emprise de stupéfiants ?" Dans la livraison de mars de La Lettre de l’Académie nationale de pharmacie, le Pr Paul Lafargue, expert national en matière de drogues, s’insurge contre une éventuelle légalisation du cannabis. "Toutes les études disponibles montrent que le cannabis induit une mortalité précoce avant 65 ans et de graves altérations neurobiologiques", explique-t-il.

En ce qui concerne les projets de libéralisation défendus ici et là, l’académicien ne mâche pas ses mots : "Ce n’est pas cela qui arrêtera le commerce illicite et la délinquance. Le trafic de tabac, pourtant en vente libre, se chiffre en dizaines de tonnes !" Et de conclure que, dans le cas d’une dépénalisation, "non seulement la consommation des produits illicites augmentera mais les jeunes seront de plus en plus nombreux à fumer du cannabis, en toute légalité et au détriment de leur santé. L’Académie nationale de pharmacie s’oppose donc à sa légalisation".

Une sentence partagée par l’Académie de médecine
De son côté, l’Académie nationale de médecine réitère son avis défavorable. Elle alerte les politiques comme le public sur les risques d’infarctus cérébral encourus par les sujets jeunes. Elle s’appuie pour cela sur une étude menée à l’hôpital universitaire de Strasbourg, portant sur 48 patients. "L’imagerie neuro-vasculaire a permis de visualiser, chez 21% de ces jeunes qui consommaient du cannabis, des rétrécissements vasculaires en différents points. Ces anomalies disparaissaient en quelques mois après le sevrage et ne récidivaient pas si le sevrage était maintenu", indique l’Académie.

Par ailleurs, une analyse de 36 études rassemblant près de 50.000 cas d’infarctus du myocarde a montré que le cannabis multiplie ce risque par 5, y compris avant l’âge de 65 ans.

Source : Académie nationale de médecine – Académie nationale de pharmacie, mars 2012
(Destination santé ©)

Mots-clefs : Addiction drogue , Cannabis

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR

logo_3935_ColDroite


Comment sortir son ado de la drogue ?

 

Nos conseillers santé vous aident à trouver des solutions.

 

En savoir plus

ECHANGER