Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Une équipe franco-américaine découvre deux nouveaux groupes sanguins

Actualités santé

Une équipe franco-américaine découvre deux nouveaux groupes sanguins

[ Publié le 28 mars 2012 ]

Début mars, une équipe franco-américaine annonçait l’identification de deux nouveaux groupes sanguins. Cette découverte ouvre de nouvelles perspectives en hématologie. Le point avec les Drs Jacques Chiaroni, spécialiste en biologie médicale, et Thierry Peyrard, co-auteur de l’étude.

antigenes-globules-rouges_priorite_sante_mutualiste

Ils s’appellent Junior (JRA) et Langereis (LAN). Ces deux antigènes présents sur les globules rouges ont été découverts en mars 2012 par une équipe franco-américaine. Ils viennent agrandir une famille déjà composée de 30 groupes et sous-groupes sanguins.

"Les globules rouges portent à leur surface une multitude de marqueurs : ce sont des sortes d’étiquettes, que l’on appelle des antigènes de groupes sanguins", explique le Dr Jacques Chiaroni, président de l’Etablissement français du sang (EFS) Alpes-Méditerranée. "Ils sont regroupés en familles, formant les systèmes de groupes sanguins. Notre appartenance à l’un de ces groupes dépend de la présence ou de l’absence de ces antigènes."

Or, ces systèmes de groupes ne se limitent pas aux seuls représentants du système ABO, qui comprend les groupes A, B, AB et O, et au Rhésus (Rh). "Jusqu’à présent, nous avons identifié 30 groupes et plus de 300 antigènes", précise le Dr Chiaroni. "Nous ne sommes pas simplement, par exemple, A+ ou B-. Nous sommes tous porteurs d’autres groupes d’antigènes, que nous ignorons la plupart du temps."

De rares sujets JRA- et LAN-
"Nous connaissions JRA et LAN depuis une quinzaine d’années, en réalité", confie de son côté le Dr Thierry Peyrard, chef de laboratoire à l’Institut national de la transfusion sanguine (INTS) et co-auteur de l’étude. "Toutefois, nous n’avions pas une idée précise de leur structure chimique exacte. S’agissait-il de protéines, de sucres ?" Cette étude a permis de donner à ces antigènes "leurs galons de système de groupe", indique-t-il.

"Au sein de la population générale, nous sommes presque tous JRA+ et LAN+", révèle le Dr Peyrard. Toutefois, "des sujets exceptionnels présentent un profil JRA- ou LAN-, notamment au Japon et parmi les gens du voyage. C’est ce qu’on appelle des groupes sanguins rares." Résultat : ces personnes ne peuvent être transfusées. "Nous avons une chance sur 10.000 à 100.000 de trouver un sang compatible", souligne-t-il.

Au-delà de cette mauvaise nouvelle pour les personnes concernées, "le fait d’avoir identifié JRA et LAN comme des groupes sanguins va permettre d’en dépister les porteurs et d’assurer une meilleure sécurité transfusionnelle, mais aussi obstétricale, dans le cas d’une incompatibilité entre une mère et l’enfant qu’elle porte", conclut le Dr Peyrard.

Source : interview du Dr Jacques Chiaroni, 9 mars 2012 – interview du Dr Thierry Peyrard, 9 mars 2012
(Destination santé ©)

Mot-clef : Examen sanguin

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER