Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Apnées du sommeil : l'efficacité du traitement de référence plébiscitée

Actualités santé

Apnées du sommeil : l'efficacité du traitement de référence plébiscitée

[ Publié le 30 mars 2012 ]

En France, le syndrome d’apnée du sommeil toucherait 2 à 3 millions de personnes. Cette maladie altère la qualité de vie et augmente le risque d’accident. Son traitement actuel, qui repose sur le port d’un masque pendant la nuit, est désigné sous le nom de pression positive continue (PPC). Une étude menée auprès de 200 patients en montre les bienfaits. Décryptage.

apnee-sommeil_priorite_sante_mutualiste

Contre les apnées du sommeil, le traitement est contraignant mais efficace ! C’est ce qui ressort d’un sondage mené par la Fédération française des associations et amicales de malades insuffisants ou handicapés respiratoires (Ffaair), le Syndicat national des prestataires de santé à domicile (Synalam) et le Syndicat national des associations d’assistance à domicile (Snadom). Ils se sont associés pour mener une enquête auprès de 200 victimes du syndrome d’apnée du sommeil (Sas) et qui portent, la nuit, un masque relié à un générateur d’air. Ce traitement connu sous le nom de pression positive continue (PPC) est celui de référence.

Parmi les répondants, 75% étaient des hommes, 87% étaient retraités et l’âge moyen était de 69 ans. Avant la mise en œuvre du traitement par PPC, 89% des patients estimaient que leur maladie avait de fortes répercussions sur leur vie personnelle et familiale. En revanche, l’instauration de ce traitement a conduit, la plupart du temps, à une évolution spectaculaire. Près de neuf malades sur dix (87%) ont ainsi constaté une amélioration de leur état de fatigue et de leur capacité de concentration. Près de 70% ont observé un effet positif au niveau de la mémoire et de l’humeur, et la moitié des sondés rapporte une diminution de la fréquence de leurs maux de tête, ainsi qu’un renouveau de leur libido.

Une suite de pauses respiratoires pendant le sommeil

Le Sas est une maladie fréquente mais méconnue. En France, elle toucherait deux à trois millions de patients. Elle se caractérise par des épisodes de fermeture partielle, voire complète, des voies aériennes supérieures au cours du sommeil. Le patient cesse alors de respirer pendant plusieurs secondes, ce qui provoque des micro-réveils dont il ne garde aucun souvenir, mais qui perturbent son sommeil. Ceci peut se produire à de nombreuses reprises au cours d’une même nuit.

Le ronflement est le symptôme le plus fréquent de Sas. Il ne doit donc pas être considéré simplement comme une nuisance subjective. Lorsque cette maladie s’est installée, elle entraîne une fatigue persistante et une somnolence diurne. Elle altère ainsi gravement la qualité de vie des malades et représente un facteur aggravant du risque de mort subite, ou encore d’accident de la voie publique. D’autres perturbations, comme des troubles de l’humeur, de la mémoire ou l’envie d’uriner au cours de la nuit, peuvent aussi contribuer à détériorer la qualité de vie.

Source : Sondage réalisé par courrier auprès de 200 patients issus d’un échantillon national de membres d’associations d’insuffisants respiratoires affiliées à la Ffaair, du 20 février au 9 mars 2012
(Destination santé ©)

Mot-clef : Apnée sommeil

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés