Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Ski : gare au syndrome du deuxième jour !

Actualités santé

Ski : gare au syndrome du deuxième jour !

[ Publié le 3 février 2012 ]

Le risque de blessure est particulièrement élevé le deuxième jour de ski. Les efforts de la veille, la fatigue et le manque de préparation en sont les principales causes.

ski-danger_priorite_sante_mutualiste

Les stations de sports d'hiver se remplissent progressivement. Après un an d'attente, vous êtes particulièrement excité à l'idée de rechausser les skis ? Gare au syndrome du deuxième jour !

Claquage musculaire, étirement, entorse, fracture : le risque de blessure serait en effet particulièrement élevé. Le phénomène est bien connu des spécialistes, à l'image de l'association des Médecins de montagne (MdM).

Les vacances sont là
Vous quittez votre travail, direction votre station de ski préférée. Vous la gagnez le plus souvent après une longue route. D'une manière générale, vous y arrivez fatigué en manquant cruellement d'entraînement physique. Résultat, vous vous "éclatez" le premier jour et sollicitez au maximum vos muscles, vos ligaments et vos articulations.

Le matin du second jour, les efforts de la veille et la fatigue ne sont pas résorbés. Au début ça tire un peu, mais ça passe. Mais bientôt vous contrôlez moins facilement vos mouvements, vos muscles se raidissent et répondent moins bien. Vous encaissez plus difficilement les difficultés de la piste, les chutes se répètent.

C'est là que l'accident vous guette ! Faites preuve de raison. Modérez vos envies de slalomer ou choisissez des parcours plus faciles. Et regagnez votre logement un peu plus tôt ce deuxième jour. Chaque matin, prenez le temps de vous échauffer avant d'attaquer les pistes, même pour le ski de fond. Pensez à boire suffisamment d'eau dans la journée. Le soir quand vous avez déchaussé, prenez un temps de repos, allongé, jambes un peu surélevées. Si possible, faites-vous faire un massage simple des mollets, des cuisses et du dos. Le summum du bien-être, c'est un bain en piscine juste bien chauffée. N'hésitez pas à consulter un médecin si une gêne ou une douleur se prolonge.

D'une manière générale, les entorses et fractures représentent plus de 50% des lésions constatées aux sports d'hiver, le plus souvent par manque de préparation physique avant le départ, ou à cause de fixations mal réglées. "Plus d'une entorse sur deux est la conséquence d'une fixation mal réglée", souligne l'association des Médecins de montagnes. Un réglage trop faible peut en effet provoquer le déchaussement intempestif de la chaussure.

Si à l'inverse il est trop fort, il peut empêcher le déchaussement en cas de chute. Et dans ce cas, gare à la casse ! Avant de dévaler les pentes, veillez donc à faire régler et ajuster vos fixations par un professionnel. Les Médecins de montagne insistent surtout, sur la nécessité "de se préparer physiquement avant le départ (musculation, étirements, jogging, vélo)".

Autre conseil de bon sens, ne démarrez pas comme des morts de faim. Ne surestimez pas vos capacités. Si vous êtes fatigués, faites une pause. Enfin, faites porter un casque à vos enfants ! Vous pouvez d'ailleurs tout à fait leur donner le bon exemple en en portant un, vous aussi.

Source : Association des Médecins de montagne

(Destination santé ©)

Mot-clef : Activité physique

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR

logo_3935_ColDroite



Foot, gym… Vous en avez assez d'être essoufflé ?

Faites-vous aider par un médecin tabacologue : ça marche !

En savoir plus

ECHANGER