Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Baisse de la fertilité humaine : des résultats d'études préoccupants

Actualités santé

Baisse de la fertilité humaine : des résultats d'études préoccupants

[ Publié le 21 février 2012 ]

L’infécondité, même transitoire, touche de plus en plus de couples. Cette défaillance trouve-t-elle son origine dans notre environnement ? L’avenir de l’espèce humaine est-il compromis ? Ces questions trouvent aujourd’hui des réponses préoccupantes. Le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) y consacre sa dernière édition.

couple-infertilite-beh-priorite_sante_mutualiste

"En France, environ un couple sur cinq qui cesse d’utiliser un moyen de contraception sera concerné par une infécondité involontaire d’un an." C’est le constat dressé dans la nouvelle édition du Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH), qui fait le point sur l’impact des évolutions scientifiques, technologiques et industrielles sur la fertilité humaine.

Cela fait plus de vingt ans qu’au sein de la communauté scientifique, ce sujet fait débat. Il n’est donc pas surprenant que les rédacteurs du BEH lui aient consacré un numéro spécial. Son objectif : "Fournir des données valides et actualisées, relatives à la reproduction masculine et féminine." Ils ont aussi tenté d’apporter des éléments de réponse quant à la part de responsabilité que les mutations environnementales peuvent avoir dans ces perturbations.

Des études concernant l’évolution des caractéristiques du sperme chez l’homme ont été réalisées dans les huit Centres d’étude et de conservation des œufs et du sperme humains (Cecos) de France. Il en ressort, par exemple, "la mise en évidence d’une décroissance de la qualité du sperme", mais de façon inégale selon les régions.

Selon les auteurs, ces variations pourraient être "le fait d’une exposition à de multiples facteurs reprotoxiques, environnementaux ou liés au mode de vie". Ainsi, l’exposition professionnelle aux pesticides, le surpoids, l’imprégnation tabagique et alcoolique – même passive – impacteraient les capacités de reproduction masculine.

Une alerte sur la fertilité

Quelles sont les conséquences de cette détérioration du sperme humain sur la fertilité ? Des chercheurs de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm U823 à Grenoble et U1018 au Kremlin-Bicêtre) se sont intéressés aux résultats de deux enquêtes portant sur la fertilité des couples en France. La première, menée en 2003, estimait à 18% le pourcentage des couples souffrant d’une infertilité involontaire après 12 mois sans contraception. En 2009, les scientifiques évoquaient la proportion d’un couple sur quatre !

Faut-il y voir une conséquence délétère des évolutions de l’environnement ? Les rédacteurs du BEH restent prudents. "Les études de l’Inserm n’ont pas été réalisées dans les zones géographiques où une détérioration du sperme avait été rapportée" soulignent-ils. Toutefois, elles peuvent être perçues comme une alerte. En effet, ces données sont publiées plusieurs années après des études ayant montré des résultats similaires, notamment en Scandinavie.

Source : Bulletin épidémiologique hebdomadaire, 21 février 2012
(Destination santé ©)

Mot-clef : Désir d'enfant

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER