Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Le poids de votre enfant, un critère à surveiller

Actualités santé

Le poids de votre enfant, un critère à surveiller

[ Publié le 13 janvier 2012 ]

Parmi les idées reçues sur le jeune enfant, le poids est l’une des plus fortement ancrées. Pourtant, un bébé joufflu peut ne pas être bon signe pour sa santé. Le Dr Arnault Pfersdorff, pédiatre à la clinique Sainte-Anne de Strasbourg, fait le point.

surpoids_enfant-priorite_sante_mutualiste

Le mythe du "bébé Cadum" a vécu ! Dans l’esprit de bien des parents, de bonnes joues et un corps potelé sont des critères de bonne santé pour un nourrisson. Erreur, avertit le Dr Arnault Pfersdorff, pédiatre à la clinique Sainte-Anne de Strasbourg. Cette idée reçue, qui persiste parfois durant toute la petite enfance, pourrait être à l’origine de bien des cas d’obésité.

"Aujourd’hui encore, beaucoup de parents considèrent le poids comme un important critère de bonne santé. En particulier au regard des autres", explique le Dr Pfersdorff. En effet, les générations précédentes estimaient la santé d’un enfant – ainsi que les qualités maternelles – à son poids. Ainsi, "de nombreuses femmes craignent toujours d’être considérées comme de mauvaises mères si leur nourrisson n’est pas bien gros", constate-t-il.

Pourtant, le vrai problème se situe souvent dans le surpoids, qui peut se manifester dès la petite enfance. Il est souvent "détecté tard, vers l’âge de 4 ou 5 ans", indique le Dr Pfersdorff. Or, "les parents s’alarment plus facilement de la moindre perte de poids de leur enfant que d’une prise de poids trop importante, qu’il s’agisse d’un nourrisson ou d’un petit de 4 ou 5 ans", déplore-t-il. Et ce, alors qu’ils sont sensibilisés au risque d’obésité. "C’est paradoxal ! Et c’est nous, les pédiatres, qui mettons le doigt sur un problème de surpoids chez l’enfant."

Pas de régime mais un juste équilibre

Pour rééquilibrer l’alimentation d’un enfant en situation de surcharge pondérale, "il faut revoir les habitudes des parents, ce qui est loin d’être évident", explique le Dr Pfersdorff. En effet, s’ils savent qu’il est important de manger des fruits et des légumes, et que le gras ou le sel doivent être consommés avec modération, ils n’appliquent pas forcément les recommandations du programme national nutrition santé (PNNS).

Aussi, sans mettre votre enfant au régime pour autant, surveillez les quantités que vous lui donnez à manger. "Un nourrisson sait demander quand il a faim. Il est donc inutile de peser toutes les portions au gramme près, d’autant plus que chaque enfant est différent", insiste le Dr Pfersdorff. Quant aux enfants de 4-5 ans, "les parents ne doivent pas leur faire manger les mêmes quantités de nourriture qu’à des adultes".

Par ailleurs, la fréquence des consultations chez le pédiatre devrait osciller entre deux et trois par an pour les nourrissons, autrement dit jusqu’à deux ans. Ensuite, une consultation par an suffit, sauf problème de santé particulier. Le pédiatre saura déceler tout problème de surpoids ou, éventuellement, de perte pondérale inquiétante. Il s’appuie pour cela sur les courbes de poids publiées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Source : interview du Dr Arnault Pfersdorff, 4 janvier 2012
(Destination santé ©)

Mots-clefs : Alimentation , Obésité

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR

ECHANGER