Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Drogues et alcool au travail en France : un état des lieux

Actualités santé

Drogues et alcool au travail en France : un état des lieux

[ Publié le 25 janvier 2012 ]

Pour la première fois en 2010, un volet du Baromètre santé de l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes) a été consacré à la consommation d’alcool et de drogues en milieu professionnel. L’Inpes en publie les premiers résultats.

alcool-canabis_priorite_sante_mutualiste

Alcool, cannabis, cocaïne : dans quels secteurs professionnels trouve-t-on le plus de consommateurs de substances psycho-actives en France ? Pour le savoir, l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes) a réalisé pour la première fois, en 2010, un Baromètre santé centré sur ce thème. Au total, 27.653 Français ont été interrogés. Les résultats, publiés début 2012, montrent de fortes disparités entre les secteurs d’activité.

Alcool : les agriculteurs trinquent
Qu’elle soit ponctuelle ou régulière, la consommation d’alcool apparaît particulièrement fréquente parmi les actifs des secteurs de l’agriculture et de la pêche. Ils seraient 16,6% à en user tous les jours, contre 7,7% pour l’ensemble des actifs. Les travailleurs de la construction les suivent de près : pratiquement un salarié sur huit (13,4%) boit quotidiennement.

Un bémol : le travail de l’Inpes s’attache seulement à identifier les corps de métiers les plus enclins à la consommation d’alcool, sans prendre en compte la question des doses absorbées. Sans cette donnée, il paraît difficile d’en tirer la moindre conclusion fiable sur le nombre réel de consommateurs pathologiques ou, à tout le moins, problématiques…

Drogues : les artistes en première ligne
Sur le cannabis et les autres drogues, changement de panorama. Au total, 6,9% des actifs français consommeraient du cannabis au moins une fois dans l’année, avec de larges disparités. Les fumeurs de joints seraient plus nombreux parmi les secteurs des arts et du spectacle (16,6%), de la construction (13,3%) et de l’hébergement/restauration (12,9%).

Les actifs exerçant dans les secteurs de la restauration, de l’information/communication et des arts et du spectacle seraient aussi les plus importants consommateurs de cocaïne, d’ecstasy ou encore d’amphétamines. Contrairement à la mesure du cannabis, l’Inpes a examiné ces drogues en termes de consommation "au moins une fois dans sa vie".

Des consommations différentes entre hommes et femmes

A l’inverse, les salariés en santé et en action sociale sont ceux qui boivent le moins : 8,5% ont une consommation importante au moins une fois par mois, et 11,8% ont été ivres dans l’année. De même, ils sont respectivement 4%, 2,6% et 2,5% à avoir testé le cannabis, la cocaïne et les amphétamines. Toutes ces valeurs sont les plus basses du tableau.

"Les analyses par secteur d’activité doivent être interprétées avec précaution, en raison du caractère fortement sexué de certains d’entre eux", nuance l’Inpes. Ainsi, "le secteur de la construction compte 90% d’hommes. La santé et l’action sociale, en revanche, rassemblent 83% de femmes. Par ailleurs, les comportements de surconsommation masculine que l’on peut observer dans l’agriculture, la pêche et la construction ne se retrouvent pas chez les femmes exerçant dans ces corps de métiers."

Source : Inpes, Baromètre santé consacré aux consommations de substances psychoactives en milieu professionnel, publié le 16 janvier 2012
(Destination santé ©)

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR

logo_3935_ColDroite


Comment sortir son ado de la drogue ?

 

Nos conseillers santé vous aident à trouver des solutions.

 

En savoir plus

ECHANGER