Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > VIH-sida : bien utilisé, le préservatif est fiable à 100%

Actualités santé

VIH-sida : bien utilisé, le préservatif est fiable à 100%

[ Publié le 1 décembre 2011 ]

Les dernières enquêtes concernant les connaissances des jeunes sur le VIH-sida montrent un flou sur ses modes de transmission, notamment autour de l’utilité du préservatif. Il s’agit pourtant de la seule protection contre la contamination par voie sexuelle. Les explications de Nicolas Derche, chef de service au Kiosque info sida.

Le préservatif est la seule protection efficace contre la transmission du VIH-sida. Pourtant, de plus en plus de jeunes de 18 à 30 ans en doutent, révèle la 6e édition de l’enquête KAPB (Knowledge, Attitudes, Beliefs and Practices – connaissances, attitudes, croyances et comportements), réalisée sous l’égide de l’Agence nationale de recherche sur le sida et les hépatites virales (ANRS). Ces jeunes "maîtrisent moins les mécanismes de transmission du virus que la génération précédente, qui a expérimenté la sexualité à l'époque où le sida était encore une maladie mortelle", commente l'Observatoire régional de santé d'Ile-de-France.

Le sida n’est pas "une IST comme les autres"
Si les rapports sexuels sont souvent protégés lors des "premières fois", ce réflexe ne perdure pas tout au long de la relation, montre l’enquête KAPB. Ces jeunes, qui ont commencé leur vie sexuelle après l’avènement des antirétroviraux, ont une perception du sida différente de celle de leurs aînés. "Leur conscience du risque est plus limitée qu’avant et la représentation mentale qu’ils ont du sida, moins sombre", analyse Nicolas Derche, chef de service au Kiosque info sida. Ils sont ainsi de plus en plus nombreux à considérer que le VIH-sida est "une infection sexuellement transmissible (IST) comme les autres", selon l’enquête.

Une croyance erronée et dangereuse, réagit Nicolas Derche. "Les autres IST se soignent définitivement, alors qu’aucun traitement ne permet de guérir du VIH-sida. Les antirétroviraux permettent seulement de maîtriser l’infection et de maintenir un système immunitaire assez fort pour résister aux maladies opportunistes. De plus, c’est un traitement très lourd à suivre au quotidien, avec des effets secondaires difficiles à supporter." Enfin, malgré les nombreuses avancées réalisées dans ce domaine, "le VIH impacte toujours la vie de couple, en particulier quand il s’agit de fonder une famille, et la vie sociale".

Le préservatif, une affaire de couple
Masculin ou féminin, "le préservatif est le seul rempart contre la transmission sexuelle du VIH-sida, et fiable à 100% dès lors qu’il est correctement utilisé", martèle Nicolas Derche. Il convient de dédramatiser son usage en l’introduisant très tôt dans les mentalités : "L’idéal est d’apprendre à placer un préservatif avant même d’avoir débuté sa vie sexuelle." Il est tout aussi important de bien en connaître le mode d’emploi, et notamment "qu’il faut changer de préservatif pour chaque partenaire, à chaque rapport", précise-t-il. "Il ne sert pas seulement à se préserver soi-même, mais aussi à protéger les autres."

"Le préservatif est destiné au couple : ce n’est pas seulement l’affaire du garçon ou de la fille", souligne Nicolas Derche. "Il faut apprendre aux jeunes femmes à en avoir sur elles sans craindre de passer pour des filles faciles." Par ailleurs, il n’amoindrit pas le plaisir sexuel : "Il vous suffit de trouver le type de préservatif qui vous convient le mieux." Enfin, il permet aussi de prévenir les grossesses non désirées, "alors que la pilule, elle, ne protège pas du sida !".

Source : interview de Nicolas Derche, le 30 novembre 2011 – ANRS, site consulté le 29 novembre 2011
(Alexandra Capuano)

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

ECHANGER