Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Une série d'études pour mieux cerner la problématique du suicide en France

Actualités santé

Une série d'études pour mieux cerner la problématique du suicide en France

[ Publié le 13 décembre 2011 ]

Chaque année en France, près d’un décès sur 50 est dû à un suicide. Ce thème fait l’objet d’un numéro spécial du Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH), visant à éclairer la situation actuelle. Y sont rassemblées les dernières données épidémiologiques sur les pensées suicidaires, les tentatives de suicide et les morts effectives.

suicide-beh_priorite_sante_mutualiste

"Avez-vous pensé à vous suicider au cours des douze derniers mois ?" A cette question brutale, 3,9% des Français interrogés ont répondu par l’affirmative en 2010. C’est ce qu’indique une enquête menée auprès de 27.000 personnes par l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes). Ces pensées semblent plus fréquentes parmi les 45-54 ans. Les autres périodes de la vie où l’on est le plus susceptible de passer à l'acte sont l'adolescence (15-19 ans) et l'entrée dans l'âge adulte (20-25 ans).

Plusieurs études sur le suicide, publiées dans un numéro thématique du Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH), dévoilent l'ampleur de ce phénomène en France. Ainsi, au total, 5,5% des Français de 15 à 85 ans ont fait une tentative de suicide dans leur vie. En 2010, 0,5% ont voulu se tuer, contre 0,3% en 2009. Les femmes sont plus nombreuses à avoir tenté de mettre fin à leurs jours, à 7,6% contre 3,2% des hommes. En revanche, ces derniers sont plus nombreux à y être parvenus, notamment parce qu’ils emploient des méthodes plus violentes (arme à feu, défenestration, pendaison).

Violences, précarité, chômage, isolement
En 2009, 10.464 morts par suicide ont été enregistrés par le Centre d’épidémiologie sur les causes médicales de décès (CépiDC) de l’Inserm. En d’autres termes, près d'un décès sur cinquante est dû à un suicide. Un chiffre en diminution régulière depuis 2000, mais qui reste élevé par rapport aux voisins européens.

Par ailleurs, ce chiffre pourrait être sous-estimé : une autre étude estime que 9,4% de suicides ne sont pas comptés comme tels. Quant aux tentatives, elles occasionnent 90.000 hospitalisations chaque année en France, soit dix admissions en milieu hospitalier par heure…

Les principaux facteurs de risque sont connus : les violences subies, qu’elles soient sexuelles ou non, arrivent au premier rang. Suivent l’isolement, le chômage et la précarité. Plus inattendu, une autre étude publiée dans le BEH mentionne également "la prise quotidienne de tabac" et "la consommation d’alcool à risque chronique chez les femmes".

Un plan national contre le suicide
"La richesse des données rassemblées donne un bon point de départ épidémiologique au nouveau plan français de prévention, avec l’ambition de passer sous la barre des 10.000 décès annuels", conclut le Pr Jean‑Louis Terra, psychiatre à Lyon, qui signe l’éditorial de ce BEH. En effet, le suicide fait partie des causes de décès évitables. Pour lutter contre ce fléau, le ministère de la Santé avait annoncé, en septembre, un nouveau plan de prévention.

Ce "Plan national d’action contre le suicide" propose six axes, notamment le développement de la prévention et une attention à l’après-tentative. Celle-ci pourrait reposer sur "une véritable autopsie psychologique de la victime qui pourra ensuite être exploitée à des fins de prévention soit auprès des proches, soit dans la population générale". Le ministère s’intéresse aussi à l’amélioration de la prise en charge des personnes à risque suicidaire et appelle à une meilleure information et communication autour de la prévention du suicide.

Source : Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH), 13 décembre 2011 – ministère de la Santé, consulté le 13 décembre 2011
(Destination santé ©)

Mot-clef : Stress

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

Blog expert

Hygge : dire et vivre le bonheur à la danoise ?

par Christine Ramonnet  ,  Stéphanie Renaudin

famille-bonheur-danoise