Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Après l'effort, la récupération cardiaque est plus lente chez les dépressifs

Actualités santé

Après l'effort, la récupération cardiaque est plus lente chez les dépressifs

[ Publié le 16 décembre 2011 ]

Faire du sport est bénéfique pour les sujets souffrant d’une dépression comme pour les autres. Toutefois, une équipe québécoise attire l’attention des médecins sur un allongement du temps de récupération de ces patients, après l’effort, pour retrouver une fréquence cardiaque normale.

depression-effort_priorite_sante_mutualiste

Les malades atteints d’une dépression sévère ont un plus grand délai de récupération que les pratiquants en bonne santé. C’est la conclusion d’une étude menée par le Pr Simon Bacon et son équipe, à l’université Concordia de Montréal (Québec). Il leur faut ainsi plus de temps pour retrouver une fréquence cardiaque normale après un effort.

Les chercheurs se sont basés sur les données de 886 adultes, âgés de 60 ans en moyenne. Parmi eux, 51 souffraient d’une dépression majeure. Tous les participants se sont prêtés à un test d’effort, suivi d’une mesure de leur fréquence cardiaque et de leur pression artérielle. Une minute après l’effort, les auteurs ont constaté que la fréquence cardiaque des sujets déprimés différait significativement de celle des autres participants : ils mettaient plus de temps à retrouver un rythme normal, traduisant une moins bonne récupération.

Le Pr Bacon explique la chose par un dysfonctionnement au niveau de la réponse au stress. A ses yeux, celui-ci "contribuerait à augmenter le risque de maladie cardiovasculaire" chez les personnes déprimées, à tel point qu’il recommande "un dépistage systématique de ces maladies par les médecins ayant en charge des patients souffrant de dépression majeure".

Le Pr Bacon tempère cette conclusion en insistant sur le fait que "les malades ne doivent pas être découragés par les résultats de notre étude, et poursuivre leur programme d’activité physique". De nombreux autres travaux ont mis en avant les bénéfices de l’exercice physique chez les déprimés. Il estime aussi qu’il faudrait, pour compléter cette étude, mener d’autres expériences, notamment sur l’impact des thérapies cognitivo-comportementales et médicamenteuses visant à une amélioration de la réponse au stress.

Source : Psychopathology, volume 48, issue 11, pp. 1605-1610, novembre 2011
(Destination santé ©)

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR

logo_3935_ColDroite



Besoin de parler à quelqu'un ?

Angoisse, mal-être, déprime : parlez-en avec un bénévole formé par des psychologues.

 

En savoir plus

 

ECHANGER