Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Alcool et gueule de bois : gare aux idées reçues !

Actualités santé

Alcool et gueule de bois : gare aux idées reçues !

[ Publié le 26 décembre 2011 ]

Festivités de fin d’année riment parfois avec alcoolisation excessive. Entre un apéritif qui dure, un repas bien arrosé et une liqueur pour terminer, les limites sont rapidement dépassées. Pour éviter les lendemains difficiles, chacun y va alors de sa recette-miracle… trop souvent inefficace, relève le Dr Vincent Laborde-Laulhé, généraliste à Bazas, en Gironde. Il livre quelques clés pour éviter, ou limiter, la gueule de bois.

jeunes-alcool_priorite_sante_mutualiste

Maux de tête, estomac irrité, nausées, bouche sèche. Les fêtes de fin d’année amènent souvent des lendemains qui déchantent ! Mauvaise nouvelle : si vous comptiez sur des remèdes-miracle pour éviter de souffrir d’une "gueule de bois", vous risquez de connaître bien des déceptions. En effet, "la grande majorité de ces astuces sont inefficaces", observe le Dr Vincent Laborde-Laulhé, médecin généraliste à Bazas (Gironde).

Des recettes "anti-gueule de bois" inefficaces
- "Je tapisse mon estomac en buvant une cuillère d’huile avant le repas."
Faux. Même avec cette méthode, la quantité d’alcool ingérée sera la même. L’huile ralentira son passage dans le sang mais elle ne l’empêchera pas. Le danger est de se croire immunisé, donc de boire davantage !

- "Un verre de vin est moins dangereux qu’une dose de whisky ou de vodka."
Faux. Ce qui compte n’est pas la nature de la boisson mais la quantité d’alcool pur. Certes, le vin a une concentration moindre en alcool que le whisky, "mais au vu du volume d’un verre de vin, un ballon de rouge  contient autant d’alcool que celui d’un baby whisky", souligne le Dr Laborde-Laulhé. "En clair, un ballon de rouge, une flûte de champagne, un baby de whisky sont tous équivalents en termes d’alcool."

- "Un whisky-soda contient moins d’alcool qu’un whisky pur."
Faux. Ajouter du soda ou de l’eau ne modifie en rien le volume d’alcool pur contenu dans le verre. Le seul avantage, dans ce cas, provient du fait qu’on met moins de whisky quand il est mélangé à du soda. "Toutefois, le goût devient plus sirupeux avec l’ajout du soda, cachant celui de l’alcool, ce qui peut entrainer une surconsommation", relève le Dr Laborde-Laulhé.

- "Un bon café, éventuellement salé, supprime les effets de l’alcool."
Faux. Il se peut même que les boissons caféinées masquent la perception de l’ivresse, avec de réels risques d’accident, surtout si vous prenez la route après le repas. De plus, le café fait travailler le foie. Or c’est justement l’organe qu’il vous faut ménager après une soirée bien – voire trop – arrosée ! De plus, "l’alcool est un désinhibiteur : il nous pousse à entreprendre des choses que nous ne ferions pas en temps normal", rappelle le Dr Laborde-Laulhé. "Le café, quant à lui, est un excitant et un stimulant. Vous comprendrez que l’association d’un désinhibiteur et d’un excitant n’est pas du tout recommandée."

Au-delà du folklore, certains fabricants surfent sur ces idées reçues. Ils proposent des produits supposés faire diminuer l’ébriété ou permettre de lutter contre la gueule de bois. Ces remèdes sont tout aussi inefficaces que le reste.

Ne perdez pas le compte des verres bus
En réalité, "le seul moyen d’éviter la gueule de bois, c’est de savoir ce qu’on boit et de ne pas perdre le compte des verres", explique le Dr Laborde-Laulhé. "Nous sommes tous différents face à l’alcool : il faut connaître ses limites et ne pas les dépasser. Evitez aussi les mélanges, qui font vite perdre le compte." Notez aussi que les boissons alcoolisées ne sont pas toutes absorbées à la même vitesse par l’organisme : "Les alcools forts passent plus vite dans le sang", précise le médecin. "Le mode d’ingestion aussi joue un rôle : une prise d’alcool est absorbée plus vite à jeun qu’en mangeant."

L’alcool est principalement éliminé par le foie. La vitesse d’élimination est constante (entre 0.10 et 0.25g/l par heure selon les individus) et ne peut, hélas, être augmentée. Si vous avez déjà trop bu, il ne vous reste plus qu’à passer à l’eau ou aux "softs" en attendant que le foie fasse son travail. De nombreux médicaments sont eux aussi éliminés par le foie, or "l’interaction avec l’alcool risque de perturber la concentration sanguine de ces produits et de gêner leur élimination", avertit le Dr Laborde-Laulhé, en invitant à ne pas associer d’alcool, notamment, avec des psychotropes.

Quand il est déjà trop tard…
Si vous ressentez les symptômes d’une gueule de bois,  "vous pouvez avoir recours, après avis de votre médecin traitant, à des antiacides, voire à des anti-sécrétoires, pour soulager les maux d’estomac et reconstituer la muqueuse gastrique", suggère le Dr Laborde-Laulhé. Toutefois, ces médicaments peuvent causer ou aggraver vos maux de tête. Or, l’aspirine est déconseillée car elle fait monter l’alcoolémie. Le paracétamol est à manier avec prudence, et à faibles doses, car il est toxique pour le foie. Quant aux anti-inflammatoires de type ibuprofène ou naproxène, ils sont efficaces contre les maux de tête… mais susceptibles d’aggraver les maux de ventre ! "Notre arsenal thérapeutique est bien limité", conclut le Dr Laborde-Laulhé. Le seul véritable remède est donc... la prévention.

Par ailleurs, l’excès d’alcool entraîne une déshydratation, mais aussi des hypoglycémies – un manque de sucre dans le sang. Il est donc nécessaire de vous resucrer. "Hydratez-vous avec des  liquides sucrés (eau, thé), des jus de fruits non acides, donc ni à l'orange, ni au raisin, et évitez le Coca-Cola, qui est acide et irritant pour l’estomac", conseille le Dr Laborde-Laulhé. D’une manière générale, si vous prévoyez une fête arrosée, "il est recommandé de boire beaucoup d’eau pendant et après."

Enfin, mettez-vous à la diète pendant quelques jours pour reposer votre foie et votre système digestif. "Mangez le moins gras possible et ne négligez pas les sucres lents", énonce le Dr Laborde-Laulhé. Si vous avez abusé des produits gras, cette cure ne pourra que vous faire du bien. Et si la digestion est vraiment difficile, le citrate de bétaïne peut contribuer à vous soulager.

Source : interview du Dr Vincent Laborde-Laulhé, 22 décembre 2011.
(Alexandra Capuano
)

Mot-clef : Addiction alcool

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER