Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Obésité infantile : le surpoids et le tabagisme maternels en question

Actualités santé

Obésité infantile : le surpoids et le tabagisme maternels en question

[ Publié le 22 novembre 2011 ]

Une équipe canadienne affirme être en mesure de déterminer, dès l’âge de trois ans et demi, quels sont les enfants à risque de surpoids ou d’obésité à l’âge adulte. Ils attirent notamment l’attention sur les comportements maternels pendant la grossesse.

enfants-obesite_priorite_sante_mutualiste

"Les signes de surpoids et d'obésité infantile se manifesteraient dès l'âge de trois ans et demi. À partir de ce moment, les enfants ayant un indice de masse corporelle (IMC) élevé se détachent rapidement du lot." C’est la conclusion d’une étude menée par Laura Pryor, doctorante au département de médecine sociale et préventive à l’université de Montréal.

Laura Pryor et son équipe ont analysé les données de l’étude longitudinale du développement des enfants du Québec, menée de 1998 à 2006, sur 1.957 enfants dont le poids et la taille avaient été mesurés chaque année entre cinq mois et huit ans. Trois "groupes de trajectoire" ont été définis : un IMC bas mais stable, un IMC modéré et un IMC élevé et croissant. Environ 54% des enfants faisaient partie du premier groupe, 41% du deuxième, et 4,5% entraient dans la catégorie dite "de développement atypique".

"De cinq mois à deux ans et demi, tous les enfants ont un IMC semblable. À partir de trois ans et demi, un groupe se développe de façon atypique", souligne Laura Pryor. "Leur IMC augmente davantage avec l'âge, atteignant une moyenne de 24 à 8 ans." Selon les normes de l’International Obesity Task Force, elle a établi que plus de 50% de ces enfants étaient obèses.

Une obésité prévisible ?
Sans surprise, les auteurs de cette étude ont constaté qu’un enfant dont la mère présentait un surpoids avant ou pendant la grossesse était davantage susceptible d’en souffrir à son tour. Ainsi, les enfants de mères en surpoids courent 2,38 fois plus de risques de souffrir d'embonpoint, et ce risque grimpe à 6,33 si les mères sont obèses.

Plus surprenant : Laura Pryor a pointé du doigt le tabagisme maternel. Si une femme fume pendant sa grossesse, le risque que son enfant souffre de surpoids est multiplié par 2,28.

"Nous ne connaissons pas exactement les mécanismes en jeu mais nous savons que le fœtus assimile la nicotine de la cigarette et la conserve plus longtemps et en plus grande quantité que la mère", commente Richard Tremblay, professeur aux départements de pédiatrie, psychiatrie, et psychologie à l’université de Montréal. "Des études menées sur l’animal suggèrent que la nicotine assimilée pendant la période prénatale influe sur le développement cérébral, particulièrement sur les centres qui contrôlent la quantité de nourriture que nous mangeons et notre capacité à brûler les calories."

D’autres études seront nécessaires pour déterminer si une perte de poids et l’abstinence tabagique avant et pendant la grossesse permettraient de réduire le risque d’obésité chez les enfants à naître. "Cela montre en tout cas la nécessité d’agir précocement auprès des familles à risque", conclut Laura Pryor. "C’est probablement le meilleur moyen de prévenir la transmission d’un mauvais état de santé d’une génération à l’autre."

Source : Université de Montréal, 14 novembre 2011 – interview du Pr Richard Tremblay, 15 novembre 2011
(Destination santé ©)

Mots-clefs : Obésité , Surpoids

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR

logo_3935_ColDroite



Cholestérol, hypertension : votre médecin vous conseille de perdre du poids.

Nos diététiciennes vous aident à modifier vos habitudes alimentaires !

En savoir plus