Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Monoxyde de carbone : faites vérifier vos appareils chauffants avant l'hiver

Actualités santé

Monoxyde de carbone : faites vérifier vos appareils chauffants avant l'hiver

[ Publié le 18 novembre 2011 ]

Bonne nouvelle : le nombre de victimes d’une intoxication au monoxyde de carbone (CO) est en baisse en France. Ces empoisonnements sont généralement provoqués par le mauvais fonctionnement d’un appareil à combustion. Le nombre de cas reste toutefois élevé et surtout, évitable ! Avec la baisse des températures, des précautions s’imposent pour se chauffer sans s’asphyxier.

monoxyde-carbone_priorite_sante_mutualiste

"Depuis le 1er septembre 2011, 465 personnes ont été exposées au monoxyde de carbone (CO), 67 ont été admises en hospitalisation" et cinq en sont mortes, observe l’Institut de veille sanitaire (InVS) dans un bulletin de surveillance datant du 14 novembre. Bien que le nombre de cas recensés augmente progressivement à mesure que la température baisse, "il est en-deçà de celui observé à la même période de l’année 2010", précise l’InVS. Toutefois, "n’importe qui peut être touché", avertit le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Santé, qui appelle à ne pas baisser la garde.

L’intoxication au CO survient généralement "lorsqu’on pratique des gestes de la vie quotidienne comme la mise en route du chauffage ou de l’eau chaude", indique le minsitère. En effet, le CO se dégage lors de combustions incomplètes, provoquées par le mauvais fonctionnement d’appareils comme les chaudières, les chauffe-eau, les cuisinières, les cheminées, les groupes électrogènes, les pompes thermiques, ou encore les chauffages d’appoint.

Un tueur rapide et silencieux
Gaz invisible, inodore, incolore et non irritant, le CO est un "tueur silencieux" très difficile à détecter et mortel à faible dose. Lorsqu’il a été inhalé, il prend la place de l’oxygène dans la circulation sanguine. Ses symptômes sont ceux d’un manque d’oxygène : maux de tête, nausées, fatigue et malaises, voire une paralysie musculaire. De plus, le visage d’une personne intoxiquée est souvent "rosé", voire écarlate. Dans les cas les plus graves, le CO peut entraîner un coma, et parfois la mort, en quelques minutes.

Pour vous réchauffer sans risque, faites contrôler tous les ans la qualité de vos installations par un professionnel. Veillez à maintenir une bonne ventilation de votre logement en l’aérant au moins dix minutes par jour, même s’il fait froid. N’obstruez jamais les entrées ni les sorties d’air, comme les grilles d’aération dans les cuisines, salles d’eau et chaufferies. Enfin, veillez à une utiliser vos appareils à combustion de manière appropriée…

Intoxication soupçonnée : aérez et évacuez
Après avoir allumé le chauffage ou ouvert l'eau chaude, vous êtes brusquement pris de maux de tête, de malaise, de nausées ? Ouvrez immédiatement une fenêtre et, si vous le pouvez, arrêtez tous les appareils à combustion avant d’évacuer le bâtiment. Si plusieurs personnes, réunies en un même lieu, se plaignent de ces symptômes, il est très probable qu’il y ait une fuite de CO dans l’atmosphère.

Appelez les sapeurs-pompiers au 18 ou le Service d’aide médicale urgente (Samu) au 15, ou encore le numéro d’urgence unique, le 112. Le traitement consiste à placer les victimes sous oxygène à 100% pendant plusieurs heures et, pour les cas les plus graves, un séjour dans un caisson hyperbare sera réalisé. Enfin, ne réintégrez pas votre logement sans l’autorisation préalable des pompiers ou d’un professionnel du chauffage.

Source : Surveillance des intoxications au monoxyde de carbone, bulletin InVS du 14 novembre 2011 – ministère du Travail, de l’Emploi et de la Santé, site consulté le 17 novembre 2011
(Destination santé ©)

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER