Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Le vaccin antigrippal a une efficacité modérée sur les personnes obèses

Actualités santé

Le vaccin antigrippal a une efficacité modérée sur les personnes obèses

[ Publié le 2 novembre 2011 ]

Selon une étude américaine, les vaccins contre la grippe seraient moins efficaces chez les personnes obèses que chez les autres. Les auteurs insistent sur l’importance de trouver des solutions, d’autant plus que ces patients sont également plus à risque de développer des complications, voire de mourir de la grippe.

vaccin-antigrippal_priorite_sante_mutualiste

Grippe et obésité, un cocktail à haut risque ! Les personnes obèses sont davantage touchées que les autres par les complications grippales. Un avis du Haut conseil de la santé publique (HCSP) recommande d’ailleurs de les vacciner en priorité. Mais comment protéger efficacement cette population si le vaccin, dans leur organisme, se montre moins efficace ?

Alors que la France a lancé depuis un mois sa campagne annuelle de vaccination contre la grippe saisonnière, des chercheurs américains de l'université de Caroline du Nord (Etats-Unis) annoncent que la protection vaccinale des personnes obèses serait inférieure à celle des individus ayant un indice de masse corporel (IMC) considéré comme normal, c'est-à-dire compris entre 20 et 25.

La Pre Melinda Beck s’était déjà intéressée aux liens entre la grippe et l’obésité. Dans une étude précédente, elle avait montré que la mortalité liée à cette maladie était bien plus élevée chez les souris obèses que chez des rongeurs de poids normal.

Un constat également fait sur l'Homme par les scientifiques, plus particulièrement lors de l’épidémie de grippe A(H1N1). En France, en 2009-2010, 25 cas graves de grippe ont nécessité une hospitalisation en réanimation. Une majorité de patients (17) avaient le virus A(H1N1) et, parmi eux, quatre souffraient aussi d’obésité.

L’équipe de la Pre Beck a mené une enquête auprès de 461 personnes vaccinées contre la grippe. Les résultats ont montré que l’immunité obtenue a été de nettement moins bonne qualité parmi la population obèse. Ils étaient fondés sur le taux d’anticorps circulant dans le sang onze mois après la vaccination. Chez la moitié des sujets obèses, il s’est avéré quatre fois moins élevé que la moyenne. A titre de comparaison, seul un quart des participants ayant un IMC normal présentait un taux similaire. Ces données suggèrent que, chez les personnes obèses, le vaccin antigrippal est efficace moins longtemps.

La Pre Beck et son équipe ont ensuite prélevé des échantillons de sang sur tous les participants à cette étude, avant d’exposer ces échantillons au virus de la grippe. Logiquement, cette expérience aurait dû induire la production, par le système immunitaire, d’une protéine appelée interféron-gamma. C’est elle qui permet à l’organisme de lutter contre l’infection. La protéine n’a pourtant été retrouvée que dans 25% des échantillons provenant de personnes obèses, contre 75% dans l’autre groupe. Ces résultats concordent avec les premiers.

"Nous savions déjà que l’obésité altérait l’efficacité des vaccins contre l’hépatite B et le tétanos chez les enfants", explique la Pre Beck. "En ce qui concerne le vaccin contre la grippe, nous avons besoin de mener d’autres études, mais les données dont nous disposons doivent déjà nous inciter à trouver des solutions." Peut-être un vaccin plus fortement dosé ?

Source : Journal of Immunology, 13 janvier 2010 – International Journal of Obesity, 25 octobre 2011
(Destination santé ©)

Mot-clef : Vaccin

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER