Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Du mieux sur la réduction des pesticides dans les champs

Actualités santé

Du mieux sur la réduction des pesticides dans les champs

[ Publié le 7 novembre 2011 ]

Quatre ans après le lancement d’un plan gouvernemental visant à réduire l’utilisation de pesticides, le ministre de l’Agriculture, Bruno Lemaire, fait un point d’étape. Si des progrès ont été observés, il appelle à poursuivre les efforts. En effet, les pesticides sont statistiquement liés à la survenue de certains types de cancers chez les agriculteurs.

champs-pestiscides_priorite_sante_mutualiste

Pays agricole, la France est le premier utilisateur de pesticides en Europe et, par hectare cultivé, parmi les six pays européens les plus consommateurs. Cette utilisation effrénée fait partie des préoccupations des pouvoirs publics depuis 2008. Un plan gouvernemental, appelé Écophyto 2018, vise à la réduire de moitié dans l’agriculture, mais également hors des zones agricoles, dans un délai de dix ans. Dans le cadre d’un point d’étape, Bruno Lemaire, ministre de l’Agriculture, estime que les efforts entrepris doivent être maintenus.

"Le recours aux pesticides en général est resté stable sur la période 2008-2010", constate le ministre. Toutefois, pour que l’objectif de réduction de moitié de leur usage d’ici à 2018 soit atteint, il en appelle à "l’engagement de chacun", en particulier des agriculteurs.

Les progrès réalisés sur les pesticides les plus problématiques pour la santé et pour l’environnement sont importants. Leur utilisation a diminué de 87% en deux ans. Autre bonne nouvelle, le recours aux techniques de bio-contrôle a progressé. Ces techniques privilégient l’utilisation des mécanismes naturels pour la protection des plantes.

Dans le cadre du plan Écophyto 2018, un réseau de fermes pilotes de démonstration a été mis en place partout en France. Début 2011, il comptait 1.200 exploitations. Ces exploitations pilotes aident les autres agriculteurs à mieux raisonner leurs interventions. Le réseau devrait s’étoffer et atteindre les 2.000 fermes de démonstration d’ici à la fin de cette année.

Des toxiques responsables de certains cancers
L’enjeu est d’autant plus important que le lien statistique entre l’exposition des agriculteurs aux pesticides et certains cancers n’est plus à démontrer. Cette population est ainsi plus fréquemment exposée aux lymphomes et aux leucémies que la moyenne nationale.

Le Réseau national de vigilance et de prévention des pathologies professionnelles (RNV3P) a rédigé un rapport coordonné par l’Agence de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses). Basée sur un échantillon de 224 agriculteurs affiliés à la Mutualité sociale agricole (MSA), atteints d’un cancer et adressés en consultation de pathologie professionnelle, cette étude établit que certains cancers sont associés à une exposition aux pesticides. Le lien a été reconnu comme possible pour 16,5% d’entre elles, probable pour 11,6% et certain pour 3,1%.

Les résultats d’une expertise plus complète, menée par l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), sont attendus en 2012.

Source : Ministère de l’agriculture, de l’alimentation, de la pêche, de la ruralité et de l’aménagement du territoire, 26 octobre 2011 – Anses et Inserm, sites consultés le 7 novembre 2011
(Destination santé)

Mot-clef : Pollution

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER