Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Dépression : la génétique n'expliquerait pas tout

Actualités santé

Dépression : la génétique n'expliquerait pas tout

[ Publié le 25 novembre 2011 ]

Dévalorisation, désespoir, pulsions suicidaires : la dépression est une maladie aux symptômes bien connus. Son origine l’est moins. Quelle est la part exacte de la génétique et celle de l’histoire personnelle ? Une équipe française a cherché à mieux connaître l’influence du vécu sur la survenue d’une dépression.

depression_priorite_sante_mutualiste

Véritable maladie, la dépression se caractérise notamment par une grande tristesse, un sentiment de désespoir pouvant mener jusqu’au suicide, une perte de motivation et l’impression de ne pas avoir de valeur en tant qu’individu. Pourquoi frappe-t-elle certaines personnes et pas d’autres ? Existe-t-il des terrains de prédisposition, notamment génétiques et, si oui, quelle est leur influence réelle sur l’expression de cette maladie ?

Plusieurs travaux de recherche publiés ces dernières années donnaient à penser que la génétique pourrait avoir une part de responsabilité. Or, même chez des sujets à risque supposé, l’influence de l’histoire personnelle et du vécu restent déterminantes dans le déclenchement d’une dépression, montre une étude menée par plusieurs scientifiques français.

Un gène muté
Les chercheurs de l’hôpital universitaire de la Pitié-Salpêtrière et de l’université Pierre et Marie Curie (Paris) ont cherché à "déterminer l’impact de la psychologie et de l’environnement sur la composante génétique de la dépression". Le gène en question est "5-HTTLPR" : il joue un rôle dans le transport de la sérotonine, un neurotransmetteur impliqué dans la régulation des émotions. Une mutation de ce gène pourrait augmenter l’activité de l’amygdale, responsable de la reconnaissance des signaux de danger. Chez les personnes anxieuses ou dépressives, cette glande présente un niveau d’activité anormalement élevé.

L’activité cérébrale de plusieurs sujets, porteurs ou non de la version mutée du gène en question, a été mesurée par imagerie par résonance magnétique (IRM). Ceux qui avaient le gène muté se sont vus montrer des photographies plus ou moins anxiogènes et les médecins leur ont demandé de caractériser chacune de ces images ou de les relier à un événement de leur vie. Ceux qui devaient rattacher ces photos à leur vécu ont connu une augmentation considérable de l’activité de leurs amygdales, signe qu’ils se replongeaient dans l’expérience déplaisante elle-même. Ces résultats ont démontré un lien entre le niveau de stress subi en rapport à un vécu personnel et le facteur génétique.

Ce travail indiquerait donc que la génétique ne peut, à elle seule, expliquer la survenue d’une dépression.

Source : CNRS, UPMC, Pitié-Salpêtrière, 28 octobre 2011
(Destination santé ©)

Mots-clefs : Psychologie , Stress

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR

logo_3935_ColDroite



Besoin de parler à quelqu'un ?

Angoisse, mal-être, déprime : parlez-en avec un bénévole formé par des psychologues.

 

En savoir plus