Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Blanchiment des dents : une polémique mordante entre dentistes et bars à sourire

Actualités santé

Blanchiment des dents : une polémique mordante entre dentistes et bars à sourire

[ Publié le 28 novembre 2011 ]

Les "bars à sourire" proposent de blanchir les dents en quelques minutes à moindres frais. Les chirurgiens-dentistes mettent les utilisateurs en garde contre cette pratique. Le blanchiment devrait n’être réalisé que par un professionnel de santé : les explications du Dr Alain Moutarde, président de la Commission de la vigilance et des thérapeutiques au conseil national de l’Ordre des chirurgiens-dentistes.

dentiste-blanchiment-dents_priorite_sante_mutualiste

Face aux "bars à sourire", les dentistes montrent les dents ! La polémique enfle entre les professionnels de santé et ces centres qui promettent un sourire éclatant en quelques minutes et à moindre coût.

"Même si cette démarche n’a qu’une visée esthétique, elle doit être encadrée par un professionnel de santé", car elle porte sur un milieu sensible, appuie le Dr Alain Moutarde, président de la Commission de la vigilance et des thérapeutiques au conseil national de l’Ordre des chirurgiens-dentistes. A l’inverse, les tenanciers de ces bars estiment que le blanchiment des dents ne devrait pas être réservé aux seuls dentistes.

La problématique se cristallise autour de la concentration des produits utilisés pour ces opérations : le perborate de sodium et le peroxyde d’hydrogène. Selon une directive européenne, ils ne peuvent présenter une concentration supérieure à 0,1% lorsqu’ils sont utilisés dans les bars à sourire. "A de telles concentrations, les effets d’éclaircissement de six à huit teintes promis sont impossibles à atteindre", fait valoir le Dr Moutarde. Les chirurgiens-dentistes, pourtant autorisés à utiliser des concentrations très supérieures, assurent "ne pas pouvoir promettre de gains supérieurs à un ou deux teintes". Le Dr Moutarde souligne par ailleurs que certains établissements "disent dans leur publicité qu’ils utilisent des produits beaucoup plus concentrés, de l’ordre de 30% environ", ce qui est illégal.

Un examen bucco-dentaire préalable
Dans tous les cas, aucun traitement blanchissant ne devrait être effectué sans avoir préalablement consulté votre dentiste. "Un professionnel formé pourra donner les indications et contre-indications de cette pratique, et gérer les conséquences le cas échéant", assure le Dr Moutarde. Le bilan bucco-dentaire permet de faire un détartrage et de vérifier l’absence de contre-indications comme des caries non soignées, des dents dévitalisées, une faiblesse de l’émail ou des irritations des gencives. Les femmes enceintes doivent s’abstenir.

Source : interview du Dr Alain Moutarde, 24 novembre 2011 – Ordre des chirurgiens-dentistes, site consulté le 28 novembre 2011 – communiqué de presse Point sourire, 14 novembre 2011
(Destination santé ©)

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER