Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Vers un dépistage ciblé du VIH-sida systématique aux urgences ?

Actualités santé

Vers un dépistage ciblé du VIH-sida systématique aux urgences ?

[ Publié le 27 octobre 2011 ]

Une étude française a montré que le dépistage systématique du VIH-sida aux urgences était un geste bien accepté. Toutefois, les résultats plaident davantage en faveur d’un dépistage ciblé sur les populations "à risque" qu’une systématisation du test auprès de toutes les personnes passant par les urgences.

medecin-dossier

Le développement de tests de dépistage du VIH-sida rapides et fiables ouvre de nouvelles perspectives. Notamment sur l’opportunité de mettre en place un dépistage systématique de cette maladie dans les services d’urgence hospitaliers. Une étude française, soutenue par le Sidaction et l’Agence nationale de recherche sur le sida et les hépatites virales (ANRS), a montré l’intérêt et la bonne acceptation d’un tel type de dépistage.

Cette étude a été réalisée dans 29 services d’urgence en Ile-de-France par des équipes de l’Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP) et de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), pendant six semaines. Le dépistage du VIH a reposé sur un test rapide par prélèvement de sang au doigt du patient, préalablement informé et qui avait donné son accord. Les sujets étaient âgés de 18 à 64 ans.

Sur un total de 72.411 consultants, 20.962 patients se sont vus proposer ce dépistage. Les deux tiers l’ont accepté, ce qui représente une proportion très appréciable. "Le dépistage au niveau des urgences est faisable et bien accepté", commentent les auteurs.

Une infection par le VIH-sida a été découverte chez dix-huit patients. Parmi eux, dix (55%) étaient des hétérosexuels des deux sexes, originaires d’Afrique subsaharienne, et sept (39%) étaient homosexuels. Le dernier cas "concernait un hétérosexuel né à l’étranger", précisent les auteurs. Au total, huit infections ont été découvertes à un stade avancé de la maladie.

"Ces résultats n’apportent pas d’argument en faveur d'un dépistage de masse du VIH-sida aux urgences de la région Ile-de-France", nuancent les auteurs. Ils plaident toutefois en faveur d’un renforcement des stratégies de dépistage ciblé sur les populations les plus à risque. Ainsi, "la proportion de cas nouvellement dépistés s’est avérée plus élevée chez les homosexuels masculins et les hétérosexuels originaires d’Afrique subsaharienne, particulièrement les femmes", que dans la population générale.

Reste à élaborer un questionnaire spécifique susceptible de favoriser l’identification des patients en question lors d’un passage aux urgences.

Source : ANRS, Sidaction, Archives of Internal Medicine, 24 octobre 2011
(Destination santé ©)

Mots-clefs : Dépistage , VIH Sida

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

ECHANGER