Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Maladie de Crohn : une prise en charge précoce pour retarder la chirurgie

Actualités santé

Maladie de Crohn : une prise en charge précoce pour retarder la chirurgie

[ Publié le 19 octobre 2011 ]

Encore méconnue, la maladie de Crohn est souvent vécue dans le silence, et les patients tardent à consulter. Un diagnostic précoce permet pourtant d’éviter les complications menant, inévitablement, à une chirurgie mutilante. Les explications du Pr Laurent Peyrin-Biroulet, gastro-entérologue à l’hôpital universitaire de Nancy.

maladie-crohn_priorite_sante_mutualiste

"La maladie de Crohn est une maladie inflammatoire chronique intestinale, en d’autres termes une Mici", explique le Pr Laurent Peyrin-Biroulet, gastro-entérologue au CHU de Nancy. Une partie de l’intestin s’enflamme et, petit à petit, se nécrose. "Les poussées sont plus ou moins graves, séparées de rémissions plus ou moins longues", précise-t-il. Cette Mici "se manifeste par des douleurs abdominales, des diarrhées et, parfois, une altération de l’état général : fatigue, perte de poids et d’appétit".

La maladie de Crohn touche entre 60.000 et 80.000 Français. Souvent, elle est vécue dans le silence, et les patients tardent à consulter. Pourtant, "il est essentiel de parvenir à un diagnostic aussi précoce que possible", affirme le Pr Peyrin-Biroulet. Les symptômes évoqués plus haut en sont évocateurs. Le médecin doit toutefois recourir à une coloscopie – un examen du côlon – pour asseoir son diagnostic. Plus la prise en charge est précoce, plus le malade peut bénéficier d’un traitement efficace et adapté.

Faute de cette prise en charge, les malades voient leur qualité de vie extrêmement dégradée. Durant les crises, le besoin d’aller aux toilettes est impérieux et doit être satisfait dans la minute, parfois jusqu’à dix fois par jour ! Ils sont aussi très fatigués et souffrent d’intenses douleurs abdominales.

En plus de son impact sur la vie quotidienne, la maladie de Crohn non traitée se complique avec le temps. "Certains patients peuvent développer une fistule, un abcès ou une sténose intestinale. Quand ces complications apparaissent, le recours à la chirurgie devient inéluctable", indique le Pr Peyrin-Biroulet. Malheureusement, elle est encore très fréquente : "On y a recours chez un patient sur quatre à cinq ans, et un sur deux à dix ans."

Source : interview du Pr Laurent Peyrin-Biroulet, 30 septembre 2011
(Destination santé ©)

Mot-clef : Intestin

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER